Drôme : un randonneur tué accidentellement par un chasseur

Drôme : un randonneur tué accidentellement par un chasseur

C'est le deuxième accident de chasse cete année dans le département (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 16 décembre 2017 à 22h18

La victime a succombé à ses blessures et les secours n'ont pas pu la sauver.

Un randonneur d'une cinquantaine d'années a trouvé la mort samedi 16 décembre, à Taulignan, dans la Drôme, après avoir été atteint par un tir de chasseur, a rapporté France Bleu Drôme-Ardèche. 

L'accident s'est produit peu avant 15h30. La victime, qui se promenait seule, a reçu le projectile au niveau de l'aine. Elle est décédée sur place malgré l'intervention des secours. Selon Le Dauphiné Libéré, la victime était originaire du Vaucluse. 

Deux accidents de chasse en deux mois dans le département

Le chasseur âgé de 62 ans, qui a été à l'origine du tir, a été interpellé par les gendarmes, selon la même source. Il est en état de choc et a été placé en garde à vue.

C'est le deuxième accident de chasse dans la Drôme en 2017. En octobre dernier, un chasseur de 74 ans avait été tué accidentellement lors d'une battue à Châtillon-en-Diois.

Le week-end dernier, un chasseur a également été accidentellement abattu par un autre chasseur dans le Gard. Le lendemain, le corps d'un autre chasseur, porté disparu, était retrouvé mort, dans le même secteur.

 
506 commentaires - Drôme : un randonneur tué accidentellement par un chasseur
  • A la lecture approfondie de toutes les réactions, souvent exprimées avec une grande ignorance par manque d'écoute et par aveuglement, j'ai trouvé les remarques de Sboubeloul tout à fait éclairantes et argumentées sur ce sujet. J'avais eu l'occasion de lire ses réactions particulièrement bien explicites sur l'activité agricole et forestière. Mais sa connaissance internationale sur ce sujet est assez objective du monde animal, que je connais également par mon expérience. Réactions en plus exprimées dans une dialectique parfaite pour un étranger

  • (reformulation) Certains d’entre vous qui réagissent sur ce forum connaissent mes activités économiques sur votre pays. Jusqu’ici, j’avais souvent l’usage de m’exprimer sur des sujets liés à l’activité agricole et forestière, domaines de mes compétences. En revanche, depuis quelques temps, j’exprime mon point de vue avec politesse et retenue, au regard de mon tempérament helvétique, sur des sujets liés à la chasse. Je pratique cette activité professionnelle, j’insiste sur le qualificatif car bon nombre d’entre vous, surtout les plus virulents opposants, sont complètement aveuglés par leur haine et n’écoutent même plus leur égal au point de se réjouir de leur mort accidentelle. Je ne me réjouis pas de ce constat de haine que vous exprimez dans votre pays, à dire vrai, unique au monde. C’est ce qui en fait votre exclusivité mais certainement pas élogieux sous cet aspect aussi dogmatique et sectaire. Heureusement, je pense que derrière certaines réactions, il y a des gens qui cherchent à comprendre ce qui se passe derrière cette activité dont beaucoup d’entre vous ne veulent même pas regarder ou écouter et se laissent dicter leur opinion uniquement sur des images d’Epinal ou des «brèves de comptoir, parodiées par des sketchs humoristiques bien connus» mais comme toute communauté quelle qu’en soit l’idéologie, il y a des gentils et des méchants, des biens et des mauvais, y compris dans la religion et la chasse.
    A ce jour, indéniablement, cette activité a changé sous beaucoup d’aspects, comme les civilisations évoluent. Je m’excuse d’aborder cet aspect qui peut en choquer plus d’un mais je vois la nature sous un aspect comptable de ce qu’elle nous apporte et de ce qu’on peut lui rendre dans son bon fonctionnement. Je pratique la chasse en tant qu’organisateur et professionnel de gestion dans votre pays sur des territoires de plusieurs milliers d’hectares en biotopes variés de plaines et de montagnes (cultures, garrigues et forêts toutes privées je précise et non clôturées pour la plupart hors parcs ovins, caprins, bovins). En plus de 30 ans de pratique sur des territoires que je gère, j’ai vu pour l’exemple mon plan de chasse ONF sur un de mes domaines, passé de 3 chamois autorisés en 1986 à plus de 60 chamois prélevés aujourd’hui sur le même domaine, représentant 10 pour cent de prélèvements autorisés du cheptel comptabilisé triennalement. Cette espèce se développe comme bon nombre d’espèces de grands gibiers en france, voire certains petits gibiers (les coqs et bartavelles reviennent progressivement colonisés certains territoires comme sur mes terres par exemple , mais je ne suis pas le seul à constater). Sur un autre domaine, j’ai des progressions rapides des grands et petits cervidés que je prélève administrativement sans mettre en péril leur progression et chaque année, mes plans de chasse sont réalisés dans les quantités demandées. Une régulation très bien organisée dans votre pays avec une intervention administrative et fédérale permet de gérer en progression toutes les grandes espèces de gibiers en france, rare pays dans le monde qui peut s’enorgueillir de ne pas voir des espèces disparaître chaque année comme cela a été le cas en Afrique. Toutes les grandes institutions mondiales de l’ONU jusqu’aux très sérieux WWF et Greenpeace, reconnaissent que les espèces les plus menacées d’Afrique ne l’ont pas été par la chasse mais par le braconnage mafieux et paramilitaire pour des puissances étrangères. Sur plus de 70 ans de présence coloniale de toutes sortes, il n’a pas été chassé en safaris officiels plus de 0,8 pour cent abattus en totalité du nombre d’éléphants, rhinocéros, hyppo et autres espèces en sursie actuellement. Exemple : le dernier éléphant abattu de façon officielle et déclarée est celui de l’ancien Roi d’Espagne qui avait fait couler beaucoup d’encre il y a quelques années. Mis à part une ou deux sociétés safaris de certains pays désorganisés politiquement en Afrique pour accueillir des chasseurs peu scrupuleux comme quelques milliardaires en mal de sensation, plus aucun safari de france et d’Europe n’autorise des prélèvements sur des espèces menacées sur la liste du WWF. L’année passée, au Forum de Davos, j’ai assisté à une conférence qui a été claire et transparente à ce sujet. En tant qu’étranger à votre nation, je ne souhaite pas pour les plus fervents opposants, vous convaincre à l’exercice de la chasse mais essayer du moins d’avoir une attitude plus éclairée sur la pratique, surtout sur la manière dont elle est organisée en france. Une des meilleures gestions au monde dans ce domaine avec le Canada et le Honduras, votre patrimoine cynégétique y est varié, protégé et respecté pour certaines espèces, chassable sous plan d’état pour d’autres avec des régulations parfaitement contrôlées par les organisations fédérales et administratives. Pour dire, l’Allemagne et la Suisse vous envient de votre organisation dans ce domaine alors au-delà de ces tragédies et des commentaires virulents, essayer de faire confiance à la grande majorité d’entre eux qui ont le même objectif responsable que vous.

    Bravo Monsieur, votre intervention surclasse en qualité la totalité des réactions réunies. C’est un vrai plaisir de vous lire et d’apprendre pleins de choses. Entre autre, je ne savais pas que le chamois était chassable dans mon pays, je pensais qu’il était protégé et menacé d’extinction. Apparemment, c’est loin d’être le cas. Par curiosité, après la lecture de votre réaction, j’ai appris qu’il était même en surnombre dans certains parcs nationaux français et que des maladies parasitaires et de dégénérescence apparaissaient sur ce gibier nécessitant l’action régulatrice des chasseurs avec les garderies de l’ONF dans certains parcs. Vous avez poussé ma curiosité à en savoir plus. La qualité de votre intervention pourrait me réconcilier avec la chasse si un jour, je pouvais échanger nos points de vue avec quelqu’un comme vous. Question : Quelle est votre niveau d’activité si vous pouvez le dire qui vous ouvre le privilège d’être présent au Forum de Davos chaque année (ce n’est pas donné à tout le monde) ? Encore merci pour la qualité rédactionnelle et le niveau de connaissance partagé.

  • Abrutis de chasseurs qui tirent sur tout ce qui bougent, ils se tirent meme dessus parfois .............

  • Il faut être extrêmement sévère sur le contrôle de la vue des chasseurs; faire passer un examen sévère, sérieux (avec simulation de cibles "êtres humains" surgissant brutalement dans le champ de vision du chasseur potentiel etc.), avec contrôle médical des réflexes. Prévoir un système efficace d'indication des périodes et des aires de chasse...

    Il n'y a pas que la vue qu'il faudrait controler!

  • D'ailleurs, ils chassent quoi ces demeurés, Nostalgiques et fanatiques? Il n'y a plus de bêtes sauvages: ils font des élevages!!

    Je vous en prie, un peu de retenue dans vos propos. Même si vous n'êtes pas d'accord, ce que je comprends, essayez de l'exprimer avec courtoisie et politesse sans insulter les gens. En outre, si vous vous renseignez, il y a assez peu d'espèces de lâcher pour la chasse, à l'exception de certains territoires de périphéries urbaines sur des lâchers occasionnels de petits gibiers à plumes notamment, mais très peu en espèces grands gibiers en développement dans votre pays. Pour ma part, je n'ai jamais ni organisé ni même participé à des chasses de lâcher, et je chasse dans plus de 25 départements français sur exclusivement des propriétés privées

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]