Drôme : entre froid, pluie et brouillard, un randonneur en extrême difficulté secouru au bord d'une falaise

Drôme : entre froid, pluie et brouillard, un randonneur en extrême difficulté secouru au bord d'une falaise©Panoramic (photo d'illustration)

publié le samedi 15 mai 2021 à 16h14

Alors que les autorités et les secours avaient appelé à la prudence avant le pont de l'Ascension, un randonneur s'est fait piéger par les conditions météorologiques dans les hauteurs de la Drôme, rapporte France Bleu, samedi 15 mai.

Les secours en montagne le craignaient et avaient alerté en amont du pont de l'Ascension : la prudence restait de mise en montagne dans la Drôme, notamment par rapport aux conditions météorologiques, loin d'être favorables à de la randonnée. Mais plusieurs personnes ont décidé de braver ces consignes, rapporte France Bleu.

Samedi 15 mai, un homme de 35 ans a été sauvé par les secours en montagne de la Drôme alors qu'il était totalement bloqué sur une barre rocheuse du cirque d'Archiane, proche de la commune de Treschenu-Creyers (Drôme). Sept sapeurs-pompiers ont dû intervenir pour le secourir autour de la mi-journée. Le randonneur, habillé en short, était parti seul, alors que le froid, la pluie et le brouillard dominaient largement. Il s'était réfugié sous une couverture de survie pour se protéger.



Recrudescence de comportements dangereux des randonneurs à l'Ascension

Ce n'est pas la première fois que des comportements similaires interviennent ces derniers jours. Mardi 11 mai, un autre randonneur, âgé de 25 ans cette fois, tentait de faire la route de Dié (Drôme) à Grenoble (Isère) par les hauteurs du Vercors, relatait alors France Bleu. Le jeune homme, originaire de Lille, ne portait qu'une paire de baskets classiques. Il a été secouru par le groupe montagne des pompiers de la Drôme à plus de 1600 mètres de haut sur la barre rocheuse de Sapiau.

Les autorités redoutaient ces situations et avaient mis en garde. Un phénomène semblable avait eu lieu l'année dernière après le déconfinement. Et avec un week-end de quatre jours pour certains, la tentation était grande de se balader. Mais certains, mal équipés, peu habitués à ces pratiques sportives ou aux conditions météorologiques, peuvent se mettre en danger. "Les gens ont du mal à se dire que là, les conditions ne sont pas réunies : 'Il faut que je fasse demi-tour parce que je me mets en péril. Je mets en péril les personnes qui m'accompagnent et éventuellement les secours qui interviendront'", a expliqué Dominique Lemble, chef du groupe secours en montagne 26, à France Bleu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.