ALERTE INFO
21:27 Array

Drame à Pôle emploi : le témoignage bouleversant de la demi-sœur de la victime

Drame à Pôle emploi : le témoignage bouleversant de la demi-sœur de la victime©Capture d'écran BFM TV

, publié le vendredi 29 janvier 2021 à 17h00

L'émotion était immense vendredi 29 janvier à l'agence Pôle emploi de l'avenue Victor Hugo à Valence, au lendemain de l'assassinat d'une conseillère, Patricia Pasquion. Sa sœur a livré un poignant témoignage.

"On l'a tuée gratuitement alors qu'elle faisait son travail !" Les propos de la sœur de Patricia Pasquion sont indignés ce vendredi 29 janvier, au lendemain de la mort de la responsable de l'agence Pôle emploi, située à Valence, avenue Victor Hugo.

Marjorie est venue déposer deux roses pour se recueillir, seule, et elle a aussi mis un mot pour "sa sœur chérie", raconte Le Parisien. Patricia Pasquion a été froidement abattue, jeudi 28 janvier, par un ingénieur sans emploi, Gabriel F.. Sa sœur est encore sous le choc. "Elle se levait très tôt le matin et ne comptait pas ses heures. C'était une battante. Elle avait gravi tous les échelons", raconte la femme de 42 ans au quotidien. 

Marjorie affirme que sa sœur "aimait ce qu'elle faisait", même si "le travail était parfois difficile et les gens agressifs ou énervés", confie-t-elle au Parisien. La cadette de la fratrie a appris jeudi après-midi le décès de sa grande sœur, sur son lieu de travail, via les médias d'abord puis par sa mère, qu'elle a appelée. "Je lui ai demandé si elle avait appris pour le meurtre à Pôle emploi. Elle était sans voix. Elle n'arrivait pas à parler. Puis elle m'a seulement dit un petit oui", raconte Marjorie. La jeune sœur de Patricia Pasquion la décrit comme "une bonne vivante", qui "adorait sa famille, ses amis, elle en avait beaucoup". La responsable de l'agence Pôle emploi avait deux enfants, d'une vingtaine d'années. "Elle aimait la vie", souffle encore Marjorie.  


« Toujours au service des autres » 

La carrière de la responsable de l'agence Pôle emploi, âgée de 53 ans, avait débuté aux Assédic, avant la fusion avec l'ANPE. Une source syndicale affirme que "son activité professionnelle était imprégnée dans sa vie familiale". L'équipe de travail de Patricia Pasquion s'est recueillie vendredi 29 janvier à la mi-journée, soit une soixantaine de personnes, pour une minute de silence. "Elle était dans l'accompagnement, tant pour ses collègues que pour les demandeurs d'emploi. Toujours au service des autres et avec le sourire. C'est bien pour cela qu'on lui avait confié un poste à responsabilité", raconte une source syndicale au Parisien. 

L'agence a fermé ses portes ce vendredi avec une affiche, apposée sur la porte : "En raison du deuil qui frappe Pôle emploi à la suite de l'agression mortelle d'une responsable d'équipe, votre agence est exceptionnellement fermée au public ce vendredi". Les autres agences de la région ont aussi fait observer une minute de silence en hommage à Patricia Pasquion. Son assassin présumé, Gabriel F. est aussi soupçonné d'avoir tué trois femmes et d'avoir tenté de tuer un homme. Toutes les victimes travaillent dans le secteur des ressources humaines. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.