Doubs : l'élan de solidarité d'un agriculteur pour soulager des étudiants déprimés

Doubs : l'élan de solidarité d'un agriculteur pour soulager des étudiants déprimés©Panoramic

publié le mardi 26 janvier 2021 à 16h58

Comme le rapporte France Bleu Besançon, un agriculteur du Doubs a proposé à trois étudiants de venir passer un week-end dans son exploitation pour oublier le climat pesant de la pandémie du Covid-19.

Stress, solitude, dépression... les étudiants vivent de plus en plus mal la pandémie du Covid-19.

Face au désarroi de ces jeunes, un agriculteur du Doubs a fait preuve d'un touchant élan de solidarité. Comme le rapporte en effet France Bleu Besançon, Vincent Laubert, agriculteur élevant des vaches laitières avec son épouse, a offert trois places à des étudiants pour qu'ils passent un week-end au sein de son exploitation et oublient le climat lourd de la crise sanitaire. "Ils se retrouvent dépourvus de leurs petits boulots qui leur permettaient de joindre les deux bouts, et confinés dans leur appartement", explique l'agriculteur au micro du média régional. Et d'ajouter : "J'ai quand même de la place à la maison, je me suis dit que cela serait sympa de les inviter pour leur offrir un grand bol d'air frais."



Pour permettre aux étudiants de se changer les idées, Vincent Laubert propose notamment une balade en raquettes ou bien encore la visite d'une "ferme posée au milieu de nulle part où l'on peut manger à l'ancienne". L'agriculteur au grand cœur espère ainsi permettre à ses jeunes "une reconnexion au métier de la terre". "Paysan ça veut dire ce que ça veut dire, c'est l'homme du pays", insiste-t-il. Selon les précisions de France Bleu, les trois étudiants retenus seront logés et nourris.

Pour rappel, selon un sondage publié dernièrement par le gouvernement, 31% des étudiants se disent en détresse psychologique. En collaboration avec FondaMental (fondation spécialisée dans les maladies mentales), une plateforme nommée ecouteetudiants-iledefrance.fr a été lancée. Son objectif ? Soutenir et être à l'écoute des étudiants en dépression ou ayant des envies suicidaires. Le gouvernement a également fait appel à 150 psychologues et compte assurer 40 000 consultations gratuites.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.