Doubs : envie de cuisses de grenouilles ? Passez au distributeur !

Doubs : envie de cuisses de grenouilles ? Passez au distributeur !©Panoramic (photo d'illustration)

publié le jeudi 11 mars 2021 à 11h50

Contraint de se cantonner aux plats à emporter à cause du Covid-19, un restaurant situé près de Besançon, dans le Doubs, a mis en place un distributeur de petits plats. Le week-end, il propose la spécialité de la maison : des cuisses de grenouilles.

Vous les préférez "Prêtes à cuire" ou en "Cassolette crème et vin jaune" ? Depuis le 6 mars, l'auberge du château de Vaite à Champlive, en Franche-Comté, propose à ses clients sa spécialité : des cuisses de grenouilles.

Mais cette année, faute de pouvoir les accueillir dans sa salle, elle les approvisionne à l'aide d'un distributeur, rapporte L'Est Républicain. "Ce distributeur avec 48 boxes existe déjà. Il propose nos plats à emporter. Le week-end, on propose nos spécialités. Donc, là, on a rempli six casiers avec des grenouilles à emporter à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit", détaille au quotidien Béatrice Beauquier.


Une façon de rentabiliser au maximum la courte saison de la grenouille, qui dure à peine un mois. Bien entendu, les amateurs peuvent également acheter leurs plats directement au restaurant. Vendues au prix de 16 euros, les cassolettes cuisinées de cuisses de grenouilles placées dans les casiers du distributeur ont rencontré un franc succès selon la restauratrice.

Coincée "avec 15 000 grenouilles vivantes"

"Les grenouilles, c'est historique, chez nous. Cela fait, depuis longtemps, la réputation de la maison", souligne cette dernière à L'Est Républicain. Au point que la spécialité du restaurant familial représente un tiers de son chiffre d'affaires annuel, en temps normal.

En 2020, lorsque l'annonce du premier confinement est tombée, la restauratrice "s'est retrouvée avec 15 000 grenouilles vivantes ! C'était un gros investissement dont on ne savait que faire. Il y a eu une sorte de chaîne de solidarité qui nous a permis de les revendre", raconte-t-elle au quotidien.es

Vos réactions doivent respecter nos CGU.