Double meurtre dans les Cévennes : Valentin Marcone passe aux aveux, il sera déféré dans la journée

Double meurtre dans les Cévennes : Valentin Marcone passe aux aveux, il sera déféré dans la journée
La justice retient la préméditation et donc la qualification d'assassinat, passible de la réclusion criminelle à perpétuité. 

publié le dimanche 16 mai 2021 à 12h00

Valentin Marcone, l'auteur présumé du double meurtre perpétré dans le village des Plantiers dans les Cévennes (Gard) sera présenté le 16 mai à un juge d'instruction pour assassinat. Un acte passible de la réclusion criminelle à perpétuité. 

Eric Maurel, procureur de la République de Nîmes a tenu une conférence de presse consacrée au double meurtre perpétré mardi 11 mai dans le village des Plantiers dans les Cévennes et à la cavale du suspect.

Recherché par 350 gendarmes et après 4 jours de traque, Valentin Marcone s'est rendu vendredi 14 mai. Il a refusé l'assistance d'un avocat pendant sa garde à vue qui prendra fin à la mi-journée.



La préméditation retenue 

Valentin Marcone va être déféré devant un juge d'instruction ce dimanche  16 mai sous la qualification d'assassinat sur les deux victimes, précise le procureur de la République. "Calme et cohérent pendant sa garde à vue", décrit Eric Maurel, le jeune homme de 29 ans a avoué le double crime immédiatement et a réitéré ses aveux. 

A ce stade, la justice retient la préméditation et donc la qualification d'assassinat, passible de la réclusion criminelle à perpétuité.  D'après le récit fait aux enquêteurs, Valentin Marcone s'est rendu à son travail le 11 mai, muni d'une arme "approvisionnée", peut-être même prête à titrer, avec une munition dans la chambre. Il explique qu'il a eu une altercation avec son patron et employé sur le paiement d'heures supplémentaires. Un problème tracassait depuis un certain temps, selon ses dires. 

Il aurait eu un bref échange, puis se serait déplacé dans la scierie, il aurait ouvert le feu avec une arme cachée en dessous de ses vêtements. Une explication qui plaide encore en faveur de la préméditation. Valentin Marcone a ouvert le feu sur les victimes à trois ou quatre reprises

Rappel des faits

Le jeune homme de 29 ans avait pris la fuite mardi dans la forêt cévenole après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il travaillait, dans le village des Plantiers (Gard).

"Affaibli et hagard", il s'était rendu sans violence vendredi 14 mai à une patrouille de gendarmes alors qu'une équipe du GIGN (unité d'élite de la gendarmerie) ratissait le secteur, aux abords de l'église de Saint-Marcel de Fontfouillouse, à quelques kilomètres du lieu du crime.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.