Double meurtre dans le Gard : un appel à témoins lancé pour retrouver le fugitif des Cévennes

Double meurtre dans le Gard : un appel à témoins lancé pour retrouver le fugitif des Cévennes©CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

publié le jeudi 13 mai 2021 à 11h02

Les enquêteurs espèrent retrouver la trace de Valentin Marcone, 29 ans, cet homme soupçonné du double meurtre de mardi dans une scierie du petit village des Plantiers (Gard).

Un appel à témoins a été lancé ce jeudi 13 mai par la gendarmerie de l'Hérault, via les réseaux sociaux, afin de tenter de débusquer l'auteur présumé du double meurtre dans le Gard. Le fugitif lourdement armé se cache dans la forêt cévenole depuis 48 heures, après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il était employé.


Via cet appel, les enquêteurs espèrent retrouver la trace de Valentin Marcone, 29 ans, cet homme soupçonné du double meurtre de mardi dans une scierie du petit village des Plantiers (Gard), sur les flancs du mont Aigoual, au coeur du parc des Cévennes.


Un homme "considéré comme dangereux"

Cet appel à témoins, accompagné d'une photo d'un homme à l'apparence très jeune, cheveux châtain très courts et fines lunettes, décrit le fuyard comme de type européen, de taille (1,70 m) et de corpulence moyennes, vêtu d'une treillis vert et d'une veste de camouflage avec capuche.

"Susceptible d'être porteur d'une arme de poing (celle avec laquelle il aurait tué ses deux collègues de plusieurs balles dans la tête mardi matin) et d'une carabine de précision, il est considéré comme dangereux", insiste la gendarmerie, en appelant les éventuels témoins qui pourraient le croiser dans sa fuite à n'intervenir "en aucun cas" eux-mêmes mais à contacter les enquêteurs au 04.66.38.67.22.

"L'hypothèse désormais c'est qu'il aurait pu prendre la fuite plus loin, au delà du périmètre de 15 km2 que nous fouillons depuis le départ", a expliqué à l'AFP la porte-parole de la gendarmerie en Occitanie.

Le procureur a appelé le suspect à "déposer les armes"

Mercredi, le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel a appelé le suspect à "revenir à la raison, à déposer les armes, et à venir s'expliquer sur son passage à l'acte dans le cadre d'une reddition pacifique". "Il est peut-être en mesure de m'entendre" et "j'aurais des messages à lui passer", a déclaré le magistrat en s'adressant à la presse dans le village voisin de Saumane.

Durant la nuit de mercredi à jeudi, 300 gendarmes sont restés mobilisés pour passer au peigne fin une zone de 15 km2 délimitée par les forces de l'ordre autour du village où les habitants sont sommés de limiter au maximum leurs sorties.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.