Double meurtre dans le Gard : le suspect pourrait s'être échappé du maillage, selon le procureur

Double meurtre dans le Gard : le suspect pourrait s'être échappé du maillage, selon le procureur©CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

publié le vendredi 14 mai 2021 à 12h59

"Le rôle d'un procureur de la République est de privilégier toutes les hypothèses", a justifié le procureur de Nîmes Eric Maurel, au micro de BFMTV ce vendredi 14 mai.

Quatrième jour de la traque qui se poursuit dans le Gard à la recherche de Valentin Marcone, caché dans la forêt cévenole depuis mardi matin après qu'il aurait abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il travaillait, dans le village des Plantiers.


Selon le procureur de Nîmes Eric Maurel, au micro de BFMTV, le suspect de 29 ans lourdement armé aurait pu "passer le maillage".

"Hier soir, on dénombrait une cinquantaine d'appels reçus par la gendarmerie nationale, aucun d'entre eux ne nous a permis d'avoir une piste exploitable", a-t-il expliqué.

Puis d'ajouter : "Ceci étant, le rôle d'un procureur de la République est de privilégier toutes les hypothèses. Nous devons travailler sur la possibilité qu'il soit toujours dans le quadrilatère de recherches des forces de gendarmerie", mais aussi que, "éventuellement, connaissant parfaitement le terrain, il soit parvenu à s'exfiltrer."

"Nous nous devons, pour la sécurité des populations et l'efficacité de l'enquête, d'envisager qu'il ait pu passer le maillage", a conclu Eric Maurel.


Un homme "de type européen considéré comme dangereux"

Jeudi 13 mai, le père du double meurtrier présumé a lancé un appel à son fils, l'implorant de se rendre.

"Valentin, c'est papa, je t'aime, on t'aime, (...) nous sommes tous avec toi, bisous, papa", a lancé Frédéric Marcone, dans un message audio transmis via la gendarmerie.

Quelques heures plus tôt, jeudi matin, les gendarmes qui ratissent le secteur pour débusquer Valentin Marcone avaient lancé un appel à témoins, décrivant un homme de "type européen, 1,70 m, treillis vert et veste de camouflage, considéré comme dangereux".

Le fuyard est "susceptible d'être porteur d'une arme de poing et d'une carabine de précision", précisait ce texte, appelant les témoins éventuels à n'intervenir "en aucun cas" eux-mêmes mais à contacter les enquêteurs au 04.66.38.67.22. C'est avec cette même arme de poing que Valentin Marcone, tireur sportif, est soupçonné avoir commis son double meurtre.

Cet appel à témoins est accompagné d'une photo du suspect, un homme à l'apparence très jeune, cheveux châtain très courts et fines lunettes, à la corpulence moyenne, arborant un léger sourire.

"Ni un survivalists, ni un paramilitaire"

"C'est un solitaire, un chasseur, un homme apte à survivre en milieu hostile", a précisé le procureur de Nîmes lors d'une conférence de presse à Saumane, village voisin des Plantiers.

Et si "ce n'est pas un adepte de l'idéologie survivaliste, pas plus qu'un paramilitaire", le fuyard reste "un individu qui a une véritable dangerosité, et une des armes qu'il a à sa disposition", un fusil équipé d'une lunette de visée permettant de tirer avec précision à plusieurs centaines de mètres, "est une arme particulièrement dévastatrice", a insisté le magistrat.

Autre détail significatif de l'état d'esprit paranoïaque du fuyard dévoilé par le procureur: depuis quelques jours celui-ci venait au travail avec un gilet pare-balles.

Les habitants des Plantiers confinés

Quant aux habitants des Plantiers, ils sont toujours confinés. Et quatre familles ont même demandé à être "exfiltrées", a précisé le maire de la commune, Bernard Mounier.

Le meurtrier présumé était en conflit avec son employeur. Et c'est à la suite d'une simple remarque de son patron, à qui il n'aurait pas dit bonjour, qu'il aurait sorti un pistolet et tiré, l'abattant lui puis un de ses collègues de plusieurs balles dans la tête.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.