Double agression à Cholet: deux morts, une personne en urgence absolue

Double agression à Cholet: deux morts, une personne en urgence absolue
Le quartier de Cholet où ont eu lieu deux agressions mortelles samedi après-midi a été sécurité par la police

, publié le samedi 14 novembre 2020 à 21h25

Une double agression a fait deux morts samedi à Cholet et une femme grièvement blessée, et un suspect a été interpellé, a-t-on appris auprès du parquet d'Angers.

Vers 16 H00, une double agression a été signalée dans un quartier périphérique de Cholet. "On a deux personnes âgées qui sont retrouvées blessées, malheureusement monsieur n'a pas survécu à ses blessures et son épouse est en urgence absolue et a été prise en charge", a déclaré à l'AFP le procureur de la République d'Angers Éric Bouillard.

De source policière, l'homme âgé de 83 ans a été héliporté vers un hôpital mais est décédé durant le transport. La femme, âgée de 81 ans, a été transportée à l'hôpital mais son pronostic vital n'est plus engagé.

Lors de la deuxième agression, un homme "d'une cinquantaine d'années", en cours d'identification, "a succombé à ses blessures", a ajouté le procureur.

Un suspect a été interpellé "parce qu'il pourrait correspondre à un signalement qui nous a été donné". L'homme vit "dans un des immeubles à proximité", selon la même source. "Mais il n'y a pas d'éléments suffisants pour dire +on a l'auteur des faits+", selon M. Bouillard. 

L'arme des agressions est "a priori un objet contondant ou coupant". 

"Il n'y a pas de caractère terroriste pour l'instant de revendiqué et pas de décapitation comme la rumeur est partie dans ce sens", a précisé le procureur. 

La victime de la seconde agression, qui s'est déroulée vingt minutes après la première et dans un immeuble proche, rue Delacroix, a été touchée à la tête.

Le suspect, âgé de 35 ans, est connu pour des délits de droit commun. Il a été interpelé chez lui, vers 18H00, sans incident, toujours d'après la même source policière.

Dans la soirée, des perquisitions et des constatations avaient toujours lieu sur place, d'après le procureur. La personne interpelée a été placée en garde à vue mais les auditions n'ont pas commencé. "On a des éléments sérieux mais on n'a pas de certitude que ce soit l'auteur des faits", a encore dit M. Bouillard. 

L'affaire est en cosaisine police judiciaire et sûreté départementale. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.