Don du sang : "le gouvernement veut mettre fin aux discriminations" des homosexuels, assure Marlène Schiappa

Don du sang : "le gouvernement veut mettre fin aux discriminations" des homosexuels, assure Marlène Schiappa
Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes, à l'Assemblée nationale, le 27 mars 2019.

, publié le dimanche 30 juin 2019 à 12h02

Aujourd'hui, les homosexuels ne peuvent donner leur sang qu'après douze mois d'abstinence. Marlène Schiappa a affirmé que le gouvernement souhaitait retirer ce critère. 

La secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a affirmé samedi 29 juin sur BFMTV que "le gouvernement veut mettre fin aux discriminations" des homosexuels "en matière de don du sang".

 


En France, depuis la réforme du don du sang de juillet 2016, les homosexuels ne peuvent donner leur sang qu'après douze mois d'abstinence. La secrétaire d'État assure que le gouvernement souhaite retirer ce critère. Auparavant les homosexuels étaient totalement exclus du don du sang en raison des risques de transmission du sida.

Alors que la marche des Fiertés se tenait samedi, plusieurs associations LGBT ont annoncé cette semaine avoir porté plainte contre la France devant la Commission européenne pour discrimination, en raison de cette obligation de douze mois d'abstinence. À l'automne 2018, le Parlement s'était penché sur la question. Au final, l'Assemblée avait maintenu le statu quo, mais la question avait divisé jusque dans les rangs de la majorité.

En 2018, 1,6 million de Français ont donné leur sang. L'Établissement français du sang (EFS) lance régulièrement des appels à la mobilisation des Français : 10 000 dons de sang sont nécessaires par jour en France et la gestion des réserves est particulièrement délicate car les produits sanguins ont une durée de vie limitée, 42 jours en moyenne pour les globules rouges et 5 jours pour les plaquettes. Ces dons permettent de soigner un million de malades par an.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.