Disparue du Tarn : une enquête ouverte pour "enlèvement et séquestration"

Disparue du Tarn : une enquête ouverte pour "enlèvement et séquestration" ©Panoramic

, publié le mercredi 23 décembre 2020 à 16h30

Un couteau a été retrouvé par des participants à la battue lancée mercredi 23 décembre dans le Tarn, pour tenter de retrouver Delphine Jubillar, la mère de famille disparue il y a une semaine. Une enquête a été ouverte pour "enlèvement et séquestration".

Le mystère demeure toujours après la disparition de Delphine Jubillar.

Selon les informations de BFM TV, le parquet de Toulouse a ouvert une enquête pour "enlèvement et séquestration", afin de retrouver la jeune femme, disparue il y a sept jours. 
Ce matin, une battue a été organisée à Cagnac-les-Mines dans le Tarn. Un millier de participants sont venus prêter main forte aux gendarmes, pour tenter de retrouver Delphine Jubillar. La trentenaire, mère de deux enfants, a disparu mystérieusement dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier, rappelle La Dépêche du Midi. Un couteau a d'ores et déjà été retrouvé par des gendarmes. Long d'une dizaine de centimètres, il était dans un fourré.



Récupéré et emballé précautionneusement dans une enveloppe, il a été déposé au poste de commandement de l'opération. Il fera prochainement l'objet d'analyses, qui permettront de dire si oui ou non il est lié à la disparition de l'infirmière de 33 ans. Organisée par les militaires, la battue rassemble, outre des citoyens, des maîtres-chiens spécialisés. Et des pilotes de drones ont également décidé de participer aux recherches en mettant leurs engins à la disposition des gendarmes, souligne le quotidien.

Une semaine de recherches

Parmi les volontaires répartis au sein de groupes encadrés par les militaires, figure Cédric Jubillar, le mari de la disparue. Grâce à l'affluence de participants, les forces de l'ordre ont pu élargir le périmètre des recherches marqué par une topographie accidentée et la présence de plusieurs bois.

Depuis une semaine, les recherches sur le terrain n'ont rien donné. Et une partie du territoire a déjà été ratissée par des gendarmes, épaulés par des équipes cynophiles, un hélicoptère et un drone. Des plongeurs ont également exploré plusieurs plans d'eau du secteur, rappelle La Dépêche du Midi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.