Disparition inquiétante d'une adolescente : la gendarmerie de l'Oise lance un appel à témoins

Disparition inquiétante d'une adolescente : la gendarmerie de l'Oise lance un appel à témoins©Diarmid COURREGES / AFP

publié le vendredi 09 juillet 2021 à 19h53

"Si vous apercevez cette jeune fille ou que vous possédez des informations pour la localiser, composez le 17 ou le 03 44 91 61 17", invite l'appel à témoins, publié sur les réseaux sociaux par la gendarmerie de l'Oise.

Khadija Bouaza, adolescente de 14 ans originaire du Compiégnois, est disparue depuis le vendredi 18 juin. Elle n'est pas rentrée chez elle en sortant du collège de Margny-lès-Compiègne.

Un appel à témoins a été publié par la gendarmerie de Lacroix-Saint-Ouen, dans l'Oise, sur les réseaux sociaux.



Selon les enquêteurs, qui signalent une "disparition inquiétante", elle "s'est rendue à la gare du Nord à Paris. Elle a été localisée le 23 juin sur la commune de Saint-Denis (en Seine-Saint-Denis), puis le 5 juillet, sur la commune du Buc (dans les Yvelines)", peut-on notamment lire dans cet appel à témoins.

"La jeune fille mesure entre 1,55 m et 1,60 m, est de corpulence fine. A son départ, elle a les cheveux bruns, coupés au carré et lissés mais peut aussi être coiffée comme sur la photo. Lors de son départ, elle porte un jean bleu déchiré vers le bas, un tee-shirt noir avec une veste crème en jean. Elle a en sa possession un sac cabas en cuir noir en bandoulière. Elle ne porte pas de lunettes, n'a pas de tatouage ni de piercing", décrit la gendarmerie.

"Elle est très mobile"

"Si vous apercevez cette jeune fille ou que vous possédez des informations pour la localiser, composez le 17 ou le 03 44 91 61 17", conclut cet appel à témoins.


Selon des informations du Parisien ce vendredi 9 juillet, citant un gradé, Khadija Bouaza "bouge beaucoup, elle est très mobile". Jeudi, son téléphone a borné au Mans, dans la Sarthe, elle pourrait toujours s'y trouver ce jour. "Elle a eu récemment un contact avec sa mère, mais aurait manifesté une forme de culpabilité à l'idée de rentrer chez elle", poursuit le média.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.