Disparition de Maëlys : les proches du suspect témoignent

Disparition de Maëlys : les proches du suspect témoignent
Des gendarmes procèdent à des fouilles le 30 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin, dans l'espoir de retrouver Maëlys, une fillette disparue

Orange avec AFP, publié le mardi 05 septembre 2017 à 09h00

Plus d'une semaine après la disparition de Maëlys, un homme dort désormais en prison. Le suspect, un invité du mariage, nie tout enlèvement bien que des traces ADN de l'enfant de 9 ans aient été retrouvées dans sa voiture.

Ses proches, voisins et amis se sont confiés au Parisien.

"Un gentil garçon, tranquille, qui passait régulièrement promener ses chiens." Voilà comment l'une des voisines décrit l'homme de 34 ans mis en examen et écroué pour enlèvement et séquestration de mineur. Ancien militaire, engagé dans la marine et ancien maître-chien dans l'armée, le principal suspect de cette affaire habitait jusqu'à présent chez ses parents, en Savoie. La mère, interrogée par Le Parisien, est convaincue de l'innocence de son fils et plaide pour la thèse de l'erreur judiciaire. "On s'acharne sur lui. Mon fils n'est pas capable de s'attaquer à un enfant", jure-t-elle. Son frère aussi le défend avec vigueur. "Il est innocent. Plus ça va et moins je comprends quelque chose à toute cette histoire", soupire-t-il.



"BEAUCOUP SAVENT QU'IL AVAIT EU DES EMBROUILLES"

D'autres personnes vivant dans les alentours brossent pourtant un portrait moins idyllique. "Je ne sais pas quoi penser de lui", lâche une amie du frère. "La famille, ce sont des gens bien. Lui, par contre, je ne faisais que le croiser, et c'est vrai qu'ici beaucoup savent qu'il avait eu des embrouilles." Le trentenaire est réputé pour être un fumeur régulier de cannabis et peut-être aussi un dealer. "Il a fumé, oui, mais il n'a pas fait de trafic", corrige sa mère. L'homme a également du faire face à la justice pour l'incendie d'un restaurant "dont il n'était pas directement à l'origine", assure à nouveau sa mère.

UNE FILLEULE PRÉNOMMÉE MAËLYS

"Lui comme son frère, ça a toujours été un peu compliqué question travail", ajoute une commerçante du village. "On sentait en revanche que leur père était derrière eux, faisant tout pour que ça se passe bien." Un habitant de Pont-de-Beauvoisin, qui le croisait régulièrement, se dit sceptique : "Tous ses mensonges cumulés, ça commence à faire beaucoup". La mère, pourtant, n'en démord pas : "Il ne ferait de mal à personne, surtout pas à un enfant. Il a un petit neveu dont il est le tonton chéri. Il a aussi une petite cousine qui est sa filleule". Le Parisien précise que cette enfant se prénomme, elle aussi, Maëlys.



L'homme a reconnu que la fillette disparue dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août était montée dans sa voiture, où les enquêteurs ont identifié l'ADN de l'enfant, mais il nie l'avoir enlevée. Toujours introuvable, la fillette s'est évaporée vers 3 heures du matin à Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Selon l'avocat du suspect, Me Bernard Méraud, la trace ADN retrouvée sur le tableau de bord du véhicule est mélangée à celle du suspect. Il serait donc difficile de dire si la fille a été enlevée à bord de cette voiture.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU