Disparition de Maëlys : les dernières déclarations du suspect

Disparition de Maëlys : les dernières déclarations du suspect©Gendarmerie nationale

6Medias, publié le lundi 02 octobre 2017 à 14h20

L'Express a eu accès à la dernière audition de Nordahl Lelandais, principal suspect dans l'enquête sur la disparition de la petite Maëlys le 27 août lors d'un mariage dans l'Isère. Elle a eu lieu le 3 septembre.

Une trace d'ADN de la fillette a été retrouvée sur son Audi A3 qu'il a pourtant nettoyé pendant plus de 2h15 le lendemain de la fête.

L'ancien militaire de 34 ans dit avoir fait connaissance avec Maëlys "à table quand elle a vu la photo de mes chiens sur mon téléphone". Il admet que, plus tard dans la soirée, l'enfant est montée par le "côté passager" de sa voiture, avec un "petit blond", voir si ses chiens y étaient. Il ne se rappelle pas l'avoir touchée sauf "peut-être en l'aidant à descendre de la voiture". Pourtant, les enquêteurs n'ont pas trouvé ce garçon blond et l'ADN a été relevé mélangé au sien au niveau des phares de l'autre côté du véhicule.

Un témoin a confié aux enquêteurs une discussion entre le suspect et Maëlys sur le parking de la salle des fêtes. Scène qu'il n'avait pas racontée lors de sa première garde à vue. "C'est une bêtise de ma part, admet-il. Sur le coup, pour moi, entendre qu'une petite a été enlevée et m'avait parlé, et que je l'avais fait monter dans ma voiture sans la forcer, ça m'a perturbé". Cet adepte de boxe thaï a le don d'agacer les deux juges d'instruction qui l'interrogent. "Il y avait beaucoup d'alcool, le fait de reparler, ça fait des flashs", se justifie-t-il.

Autre révélation de L'Express : vers 3 heures du matin, la fillette est recherchée par ses parents. La fête est finie à Pont-de-Beauvoisin. Mais Nordahl Lelandais n'est plus là. "Je suis allé à Saint-Albin chercher des produits stupéfiants", lâche-t-il. Toutefois, il est incapable d'identifier le moindre dealer qui l'aurait fourni.

À propos du nettoyage de sa voiture le lendemain du mariage de 17h28 à 19h45, il explique son zèle par sa vente imminente. Il a utilisé du "pschitt à jantes" dans le coffre et sur les tapis avant, un détergent si puissant qu'il a rendu malade les chiens des gendarmes et étourdi les enquêteurs.

"Il n'est pas habituel de passer un tel détergent ?", insiste l'une des juges. "Non, c'est vraiment parce que j'allais la vendre. Habituellement, je nettoie à l'aspirateur et à la brosse. [...] Je ne voulais pas laisser de poils de chiens. Pourquoi insistez-vous sur la poignée côté passager ?, ajoute la juge. La griffure des ongles, tout simplement. Je ne me rappelle pas avoir insisté". Nordahl Lelandais a été mis en examen et écroué. Maëlys est toujours introuvable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.