Disparition de Maëlys : à la recherche de traces d'ADN dans les eaux usées de la station de lavage

Disparition de Maëlys : à la recherche de traces d'ADN dans les eaux usées de la station de lavage©Gendarmerie nationale

6Medias avec VIDEO BFMTV, publié le mardi 26 septembre 2017 à 07h50

Un mois après sa disparition, la fillette de 9 ans reste introuvable. Pour tenter de retrouver Maëlys, les enquêteurs explorent toutes les pistes.

BFMTV révèle que des eaux usées et des extraits de graisses automobiles provenant de la station de lavage où le principal suspect a lavé sa voiture ont été prélevées. Pour le moment, les traces ADN sont toujours analysées et les résultats ne sont pas encore connus.
La petite fille a disparu dans la nuit du 26 au 27 août dernier, lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Le 3 septembre, le principal suspect a été mis en examen pour « enlèvement et séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans ». Il est actuellement incarcéré au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier. Si l'homme de 34 ans nie toujours les faits, il a reconnu que la fillette était montée dans sa voiture.



Face aux enquêteurs, il affirme avoir nettoyé sa voiture minutieusement le lendemain de la disparition de Maëlys car il devait vendre son véhicule quelques jours après le mariage. Une trace d'ADN de l'enfant avait été retrouvée sur un élément du tableau de bord. BFMTV rappelle que de nombreux enquêteurs travaillent toujours sur cette affaire. Au total, douze gendarmes s'occupent de ce dossier sous la conduite de trois magistrats instructeurs.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
138 commentaires - Disparition de Maëlys : à la recherche de traces d'ADN dans les eaux usées de la station de lavage
  • Un petit lavage de cerveau au détenu ? cela doit pouvoir être possible ?

  • avatar
    Tobolin  (privé) -

    Si des gendarmes lisent ou écrivent des commentaires, ils doivent être outrés par certaines réactions ! Et je les comprends!

  • on mettra le temps que l'on mettra Maëlys, mais on trouvera si une personne t'a fait du mal...

  • Les produits destinés a "faire parler" sont exclus dans la mesure ou ils ne sont pas reconnus par la justice comme un "moyen" de faire parler un individu mais qui au contraire seront employés par la défense qui parlera d'aveux sous la contrainte d'un produit chimique ....
    notre législation est claire a ce sujet ....
    Seuls des aveux spontanés sont recevables .....

  • Bref, vue l'impasse vers laquelle on se dirige doucement mais surement, ce type-là, malgré son expérience, son mutisme et son extrême prudence supposée en prison, on peut facilement lui faire dire toute la vérité sans contrainte.
    On le met avec un codétenu (lui-même ancien prédateur ou supposé ) et on leur offre un apéro (non alcoolisé de préférence) en cellule au repas du dimanche, avec juste un petit cachet d'hypnotique dissous dedans.
    Il suffit, après, de repasser la bande vidéo de ce qu'il va avoir raconté de ses exploits pour, au moins, (même si ce n'est pas exploitable juridiquement) savoir dans quelle direction orienter les recherches...