Disparition de Lucas Tronche : "Il faut qu'on continue à se battre"

Disparition de Lucas Tronche : "Il faut qu'on continue à se battre"

Les parents de Lucas Tronche ont accordé une interview à France 2.

Orange avec AFP, publié le lundi 15 janvier 2018 à 17h40

VIDÉO. Les parents de Lucas Tronche, disparu le 18 mars 2015 à Bagnols-sur-Cèze (Gard), ont témoigné dimanche soir sur le plateau de journal télévisé de France 2.

Nathalie et Éric Tronche ne savent pas ce qui est arrivé à leur fils (15 ans au moment des faits).

Ce dernier a disparu le 18 mars 2015 alors qu'il se rendait à un cours de natation dans une commune voisine. "C'est très usant. Je ne sais pas jusqu'à quand on va tenir. Il y a des jours, j'ai envie de fermer les yeux et ne pas me réveiller", explique sa mère. "On est fatigué. Je ne veux pas imaginer mon fils adolescent toute ma vie".



La semaine dernière, le parquet de Nîmes a lancé des investigations "pour étudier une éventuelle piste menant à Nordahl Lelandais", déjà suspecté d'être à l'origine des disparitions de la petite Maëlys et du Smilitaire Arthur Noyer. Le suspect aurait été aperçu à plusieurs reprises dans le secteur de Bagnols-sur-Cèze où vivent certains de ses proches.



"UNE TORTURE PERPÉTUELLE"

"Ça me rassurera de savoir qu'il n'est pas passé à Bagnols", explique Éric Tronche à France 2. "Dans tous les cas, il faut étudier toutes les pistes. Il faut qu'on sache. C'est important de savoir que tout est fait pour retrouver Lucas", poursuit sa femme.



"On apprend à se protéger, à ne pas s'emballer", ajoute-t-elle. "On peut paraître un peu froid ce soir quand on vous parle mais c'est une façon de se protéger. C'est une torture perpétuelle parce qu'on essaie de comprendre. Tous les jours, je réfléchis à ce qui a pu se passer".

"J'essaie de ne pas me dire que Lucas est quelque part mort, qu'il me regarde du ciel en me disant : 'Mais c'est fini'. Cette hypothèse là, elle m'arrive bien sûr et puis je l'évacue. Je me dis non. On ne peut pas", explique-t-elle. "Si ça se trouve, il est enfermé dans une cave, dans une maison et il espère qu'on va le trouver. Il faut qu'on continue à se battre, qu'on continue à médiatiser, à afficher".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
9 commentaires - Disparition de Lucas Tronche : "Il faut qu'on continue à se battre"
  • quel courage vous avez ! mais hélas vous n'avez pas le choix car je crois que vous avez un autre enfant!
    comme dit le dit un autre commentaire que de tarés dans la nature!

  • Je ne sais pas si à leur place je pourrais continuer à vivre. Quelle dignité.

  • pauvres parents, rien ne doit être pire que de ne pas savoir ce qu'est devenu son enfant. bon courage à tous ceux qui sont dans ce cas

  • comment peut-on tenir des années sans savoir où est son fils de 15 ans, il n'a pas disparu tout seul, personne n'a rien vu cela parait aberrant, aucun copain, les profs n'ont pas donné d'info sur des relations cachées, qui il pouvait voir sans le dire, sa mère disait que la veille il avait l'air bizarre je sais que les ados sont compliqués à suivre, tres bavards certains jours, muets le lendemain, le telephone n'a rien apporté, les reseaux sociaux c'est une folie de vivre cela, un calvaire

  • je vous comprends mais j'essaierai de voir les réseaux sociaux et avec qui il était en contact et ses copains et copines et profs
    je me mets à votre place ;on ne connaît pas ses enfants ;des surprises ;parfois on tombe de haut
    les parents font de leur mieux malheureusement ils se trompent ,les jeunes ne sont jamais contents ;c'est découragent d'ètre parent