Disparition de Delphine Jubillar : l'infirmière n'en pouvait plus de "cette vie de Bidochon"

Disparition de Delphine Jubillar : l'infirmière n'en pouvait plus de "cette vie de Bidochon"©Panoramic

publié le dimanche 11 juillet 2021 à 12h55

Une série de SMS prouve que plus rien n'allait dans le couple. Delphine Jubillar reprochait leur "vie de Bidochon" à son mari Cédric toujours amoureux d'elle, selon La Dépêche du Midi.

Soupçonné du meurtre de sa femme Delphine, et mère de ses deux enfants, Cédric Jubillar est écroué depuis le 18 juin. Une série de SMS échangés par le couple met au jour une relation passée de l'amour à l'ignorance la plus totale, rapporte La Dépêche du midi, dimanche 11 juillet. Les journalistes du quotidien ont eu accès aux messages qui contredisent la version du mari. Au sein du couple, la situation se dégradait et les périodes de turbulences se multipliaient.

Pourtant, selon le journal, Cédric Jubillar est toujours amoureux de sa femme. De son côté, Delphine, souhaite refaire sa vie avec son amant, dont elle cache l'existence au père de ses enfants. D'octobre à novembre 2020, l'infirmière tarnaise prépare discrètement son départ du domicile conjugal. Parallèlement, elle envoie des messages dévalorisants à son époux. Elle y évoque leur "maison de Bidochon", "voiture de Bidochon", "vie de Bidochon"... "Je n'en peux plus de cette vie de Bidochon".

"Sache que je t'aime fort"

Inscrite sur des sites de rencontres depuis avril 2020, Delphine Jubillar a 33 ans et veut refaire sa vie. En août, elle rencontre celui pour qui elle souhaite divorcer. Ils se voient deux à trois fois par mois jusqu'en décembre, explique La Dépêche du Midi. Dans le même temps, la relation avec Cédric vacille de plus en plus. Les messages d'amour disparaissent des écrans des smartphones du couple Jubillar.

A l'automne, pris de doutes quant à la fidélité de son épouse, Cédric Jubillar espionne Delphine qui s'en aperçoit. Pour autant, le mari lui écrit : "Sache que je t'aime fort, je ferai le nécessaire, je suis désolé". Delphine, elle, lui reproche de ne pas garder ses emplois, de ne pas avoir terminé la maison, etc.

"Fous-moi la paix, c'est mort"

Lui demande une deuxième chance, elle n'en peut plus et finit par lui écrire : "Je suis au boulot, fous-moi la paix, c'est mort, plus de retour en arrière" ou bien encore  "Je m'en b... de ton amour". Le 12 décembre, Delphine commande une nouvelle voiture. Le 15, elle change ses codes de carte bancaire. Et, avec son amant qui vient d'annoncer à sa femme qu'il souhaite divorcer, ils achètent du vin pour célébrer l'avenir qui s'offre à eux. Dans la nuit du 15 au 16 décembre, Delphine disparaît après avoir envoyé un dernier message à 22h58 à son amant. "Bonne nuit mon amour", lui souhaite-t-elle.


Le 16 décembre 2020, vers 4 heures, Cédric Jubillar signale la disparition de sa femme du domicile conjugal, à Cagnac-Les-Mines, dans le Tarn. Le plaquiste, âgé de 33 ans, nie toute implication dans cette affaire. Mis en examen pour homicide volontaire, il a été placé en détention.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.