Disparition d'Estelle Mouzin: fouilles terminées dans les Ardennes

Disparition d'Estelle Mouzin: fouilles terminées dans les Ardennes
Fouilles dans les Ardennes près d'Issancourt-et-Rumel le 29 avril 2021 à la recherche des restes d'Estelle Mouzin, victime présumée à neuf ans de Michel Fourniret

publié le jeudi 29 avril 2021 à 15h32

Les fouilles menées depuis lundi dans les Ardennes à la recherche des restes d'Estelle Mouzin, victime présumée à neuf ans de Michel Fourniret, ont pris fin jeudi, a-t-on appris de source proche du dossier. 

En début d'après-midi, le dispositif de gendarmerie déployé dans le village d'Issancourt-et-Rummel a été levé, et l'accès au terrain fouillé depuis lundi, dans le bois communal, rouvert, ont constaté des journalistes de l'AFP. Deux pelleteuses continuaient d'y remettre le sol à niveau depuis la matinée. 

Monique Olivier, l'ex-épouse et complice du tueur en série, qui guidait les recherches depuis lundi a pour sa part quitté en début d'après-midi la gendarmerie de Sedan, à une quinzaine de kilomètres, où elle était entendue depuis la matinée, sans déclaration de la part de ses avocats, ont constaté des journalistes de l'AFP. 

Elle est retournée dans son lieu de détention, selon la source proche du dossier. 

Les avocats, de Monique Olivier et de la famille Mouzin, Me Richard Delgenes et Didier Seban, avaient au départ indiqué que ces fouilles devaient durer une semaine. 

Elles avaient été engagées lundi sur cette portion du bois communal, préalablement déboisée, sur les indications de Monique Olivier, qui avait pour la première fois reconnu le 1er avril sa participation dans la séquestration de la fillette, enlevée en 2003 sur le chemin de l'école à Guermantes (Seine-et-Marne). 

La complice du tueur en série avait indiqué avoir déposé son ex-mari sur un chemin de ce bois un samedi de janvier 2003, pour qu'il fasse disparaître le corps d'Estelle. 

Le site se situe à quelque 4 km de Ville-sur-Lumes, où, selon Monique Olivier, Fourniret a séquestré, violé et tué la fillette, dans une maison appartenant à sa sœur.

Condamné à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, "l'ogre des Ardennes" avait fini par avouer en mars 2020 sa responsabilité dans la disparition d'Estelle Mouzin, après avoir été mis en cause par Monique Olivier.

Avant les recherches dans le bois d'Issancourt-et-Rummel, cinq opérations de fouilles se sont succédé depuis juin dans les Ardennes, en divers autres sites. 

Les enquêteurs espéraient cette fois détenir une "piste très sérieuse", avait souligné mardi Me Seban, tout en relevant, à l'image de Me Delgenes, que l'issue des recherches, 18 ans après les faits, dépendait aussi toutefois d'un facteur "chance". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.