Dîners clandestins : M6 affirme que "d'autres sources" ont confirmé "la présence d'au moins un membre du gouvernement"

Dîners clandestins : M6 affirme que "d'autres sources" ont confirmé "la présence d'au moins un membre du gouvernement"
L'extérieur du Palais Vivienne à Paris où auraient été organisés des dîners clandestins.

, publié le mardi 06 avril 2021 à 22h30

Si Pierre-Jean Chalençon, soupçonné à la suite d'un reportage d'organiser des dîners clandestins, dément toute implication, la Société des journalistes des JT de la chaîne défend le travail de ses journalistes. 

Soupçonné, à la suite de la diffusion d'un reportage sur M6, d'organiser des dîners clandestins de luxe à Paris, Pierre-Jean Chalençon, propriétaire de l'hôtel particulier le Palais Vivienne, a assuré qu'il s'agissait d'un "énorme poisson d'avril" et expliqué qu'il avait été "piégé". Face à ces propos, la Société des journalistes (SDJ) des JT de M6 a défendu son reportage.



Depuis la diffusion le 2 avril de ce reportage, le célèbre collectionneur "se répand dans les médias et sur les réseaux sociaux", "accuse notre rédaction et nos JT de propager des 'calomnies'" et "nous reproche 'une sorte de guet-apens, de coup monté'", souligne la SDJ.

"D'autres sources (que Pierre-Jean Chalençon) nous ont confirmé en 'off' la présence d'au moins un membre du gouvernement à un de ces dîners", a assuré la SDJ des Journaux télévisés de M6, qui assure poursuivre ses propres investigations à ce sujet. "Comme c'est toujours le cas, le travail de nos journalistes a été effectué avec rigueur et dans le parfait respect des règles déontologiques", assure-t-elle, rejetant point par point les critiques du collectionneur.

Le reportage a enflammé les réseaux sociaux durant le week-end et entraîné l'ouverture d'une enquête. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a déclaré mardi qu'à sa connaissance, aucun ministre ne participait à de tels dîners de luxe clandestins. il a pourfendu une rumeur qui "sape les fondements de la démocratie".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.