Deux-roues : 21 départements expérimentent à nouveau la circulation entre deux files dès lundi

Deux-roues : 21 départements expérimentent à nouveau la circulation entre deux files dès lundi©Bertrand GUAY / AFP
A lire aussi

publié le samedi 31 juillet 2021 à 17h09

Selon la Déléguée interministérielle à la sécurité routière, Marie Gautier-Melleray, le but est "d'essayer de trouver les moyens de rendre cette pratique plus sûre pour les deux-roues et tous les autres usagers de la route".

Une nouvelle expérimentation, cette fois-ci pour trois ans. La circulation des deux-roues motorisés entre deux files, totalement interdite depuis fin janvier, sera de nouveau testée à partir de ce lundi 2 août et élargie à 21 départements, selon un décret publié vendredi 30 juillet au journal officiel.



L'Île-de-France, les Bouches-du-Rhône, la Haute‑Garonne, la Gironde, l'Hérault, l'Isère, la Loire-Atlantique, le Nord, le Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes, la Drôme, le Vaucluse, les Pyrénées-Orientales et la métropole de Lyon seront concernés par cette nouvelle expérimentation.

Selon la Déléguée interministérielle à la sécurité routière, Marie Gautier-Melleray, le but est "d'essayer de trouver les moyens de rendre cette pratique plus sûre pour les deux-roues et tous les autres usagers de la route". La précédente expérimentation, d'une durée de cinq ans, avait pourtant donné des résultats peu probants.

Selon le rapport effectué par le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), l'accidentalité des deux-roues motorisés sur les routes, où la mesure était expérimentée, avait ainsi augmenté de 12% alors qu'elle avait baissé de 10% sur les autres routes des 11 départements concernés.

Les conclusions du rapport du Cerema soulignaient notamment "la nécessité de mieux contrôler les règles de conduite, de mieux communiquer et enseigner la pratique. Enfin, le développement des voies réservées (voie de droite, voie de gauche, ...) dans un avenir proche nécessite de clarifier les règles de la pratique de la CIF en leur présence", peut-on lire.

Une signalétique spécifique

La Sécurité routière estimait les données statistiques trop peu nombreuses et étayées pour être vraiment concluantes, ce qui l'a poussée à élargir le périmètre.

"Nous avons aussi noté une amélioration certaine des comportements et une meilleure acceptabilité sociale au fur et à mesure de l'expérimentation", souligne Marie Gautier-Melleray pour justifier la nouvelle phase d'expérimentation.

Mais alors qu'auparavant les deux-roues pouvaient rouler entre les deux files les plus à gauche à 50 km/h maximum quelle que soit la vitesse des autres véhicules, ils ne pourront désormais circuler plus de 30 km/h plus vite que ceux-ci (dans une limite de 50 km/h maximum).

Par exemple, si la circulation est totalement arrêtée, leur vitesse sera limitée à 30 km/h (40 km/h si la vitesse est de 10 km/h, etc).

De plus, sur les routes concernées, une signalisation spécifique et rappelant certaines règles sera mise en place à partir de l'automne.

Elle sera accompagnée par une campagne de communication, notamment dans la presse locale, sur les réseaux sociaux et à destination des auto-écoles et moto-écoles.

Enfin, les utilisateurs des systèmes de navigation par GPS Waze et ViaMichelin seront avertis qu'ils circulent sur une route où la circulation inter-files (CIF) est expérimentée.

L'expérimentation, pour laquelle la Sécurité routière a rencontré les fédérations de motards "à trois reprises", fera l'objet d'une "évaluation annuelle provisoire et terminale plus complète" que la précédente, précise Marie Gautier-Melleray.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.