Deux Français sur trois se sentent en insécurité

Deux Français sur trois se sentent en insécurité
Des policiers place du Trocadéro à Paris le 14 novembre 2017.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 19 décembre 2017 à 10h15

SONDAGE. Le dernier baromètre Odoxa pour Fiducial révèle une hausse spectaculaire du sentiment d'insécurité en France : + 6 points à 66% en trois mois.

Les Français ne se sentent pas en sécurité dans leur pays.

Deux ans après le début de la vague d'attentats jihadistes qui a fait 241 morts dans le pays, le terrorisme s'est imposé comme le premier sujet de préoccupations des Français, devançant le chômage, révélait une vaste enquête annuelle de L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et de l'Institut national de la statistique (Insee) au début du mois. Mardi 19 décembre, le dernier baromètre* Odoxa pour Fiducial indique quant à lui que le sentiment d'insécurité n'a jamais été aussi fort depuis que ce sondage a été lancé, en mai 2016.

66% des Français interrogés indiquent en effet qu'il leur arrive de se sentir en insécurité (17% souvent, 49%de temps en temps), soit 6 points de plus que le trimestre dernier. Un sentiment plus fort chez les femmes (71%) que chez les hommes (59%).

LES FRANÇAIS ONT DE MOINS EN MOINS CONFIANCE DANS LE GOUVERNEMENT

"Logiquement dès lors, la confiance en la capacité du gouvernement à assurer la sécurité baisse également", notamment en matière de terrorisme, puisque 56% des sondés affirment être moins confiants, une baisse de 4 points par rapport à septembre. Ils sont également 70% à ne pas croire que le gouvernement puisse assurer leur sécurité en ce qui concerne la délinquance, le cambriolage et les agressions (-2 points). "L'insécurité n'est pas un fantasme, une forte majorité de Français a déjà été victime d'un vol ou d'une agression : c'est le cas de 62% d'entre eux", affirment les auteurs de l'étude.

Un constat qu'avait déjà dressé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "L'insécurité ressentie par nos concitoyens provient tant de la menace terroriste que des infractions et des incivilités subies au quotidien, qui contribuent pour partie au malaise démocratique qui s'exprime dans le pays. Leur persistance, malgré l'action déterminée et l'engagement remarquable des policiers et des gendarmes, réduit la confiance de la population en notre capacité à la protéger", écrivait-il le 27 octobre dernier dans un courrier, souligne Le Figaro.

LA POLICE DE SÉCURITÉ AU QUOTIDIEN PLÉBISCITÉE

Si la population ne fait pas confiance au gouvernement, elle compte en revanche beaucoup sur l'une de ses mesures phares en matière de sécurité. 90 % des Français se déclarent en effet favorables à la police de sécurité au quotidien (+2 points). Annoncé en août dernier par Gérard Collomb, ce dispositif a pour but de gérer la sécurité des quartiers dits "sensibles", tout en établissant du lien avec les habitants.

Contrairement aux Français, les forces de l'ordre sont moins convaincues. Sollicités par questionnaire à quelques semaines de son expérimentation, des policiers et gendarmes ont regretté fin novembre "une consultation de façade" sur un dispositif encore flou.

* Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 986 Français représentatif de la population interrogés par Internet les 6 et 7 décembre 2017.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.