Des salariés de Pernod-Ricard accusent l'entreprise de les avoir incités à boire

Des salariés de Pernod-Ricard accusent l'entreprise de les avoir incités à boire
Pernod-Ricard réfute les allégations d'incitations à la consommation.

, publié le lundi 18 novembre 2019 à 15h23

"Il n'y a pas de directive ou de consignes internes données aux forces de vente pour les enjoindre à boire de l'alcool dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions", a démenti le groupe dans un communiqué. 

Le Parisien a publié lundi 18 novembre les témoignages de trois commerciaux de Pernod-Ricard. Tous racontent comment ils seraient devenus alcooliques en travaillant pour le fabricant de spiritueux, tous racontent "la pression permanente" pour les inciter à boire au travail. "C'est la culture de l'entreprise, si on dit non, on est mal vu", dénonce l'une des commerciales toujours en poste. 



Elle raconte comment elle y a pris goût. "On me disait : de quoi tu te plains ? T'es payée pour faire la fête", quand elle essayait de décrocher. De retour d'un burn-out et alors qu'elle refuse de boire à l'issue d'une réunion, son chef lui aurait dit : "tu prends un Ricard ? Allez fait pas chier, t'es pas chez Perrier ici !". Toujours en arrêt, elle s'apprêterait à saisir les prud'hommes, rapporte Le Parisien. 



Si le règlement de l'entreprise appelle "à une consommation modérée", "il y a la théorie et la réalité", raconte Julien, 42 ans. "Dans les faits, on doit montrer qu'on connaît nos produits et qu'on les aime", poursuit-il. Son burn-out a été reconnu comme maladie professionnelle, il a choisi de témoigner à visage découvert pour Le Parisien. 

Pernod-Ricard réfute ces allégations

Dans les colonnes du quotidien francilien, Philippe s'interroge : "On picolait tellement, j'en étais à 12 pastis par jour. Comment j'ai fait pour passer entre les gouttes ?". Pour la fête de l'Huma, "les commerciaux choisis étaient les plus résistants à l'alcool. On buvait plus de 40 Ricard par jour". Et s'il essayait de consommer moins : "mon chef me disait : 't'aimes pas les produits que tu vends ?'". Il a décidé de témoigner pour mettre en garde ceux qui souhaiteraient intégrer l'entreprise et qui pourrait "devenir alcooliques, sans même s'en rendre compte". 

Pernod Ricard nie en bloc ces accusations. "Ces allégations individuelles jettent aujourd'hui l'opprobre sur tous nos commerciaux, de Ricard à Pernod, dont nous saluons ici l'engagement responsable, tous unis par le même devoir d'exemplarité", a déclaré dans un communiqué le PDG de Ricard SA et de Pernod SA, Philippe Coutin.

"La société Ricard réfute fermement l'existence d'une politique d'incitation à la consommation d'alcool parmi ses salariés. Il n'y a pas de directive ou de consignes internes données aux forces de vente pour les enjoindre à boire de l'alcool dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions", affirme le groupe dans ce communiqué.

Pernod-Ricard indique avoir mis en place un numéro vert anonyme pour recueillir les témoignages de collaborateurs, en cas de dérapage et y donner, le cas échéant, les suites nécessaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.