Des proches de victimes de "féminicides" appellent à un rassemblement le 6 juillet

Des proches de victimes de "féminicides" appellent à un rassemblement le 6 juillet
Lors d'une action pour alerter sur les "féminicides", le 25 novembre 2017 à Nantes.

, publié le dimanche 30 juin 2019 à 12h45

 Le collectif des proches et familles des victimes de féminicides lance un appel aux pouvoir publics et annonce une manifestation le 6 juillet à Paris. 

Des familles de proches de victimes de "féminicides" demandent dans une tribune publiée dimanche 30 juin dans le Parisien, la mise en place d'une politique de prévention des meurtres de femmes. 



Dans un texte intitulé "Protégez-lez", les signataires appellent également à un rassemblement le 6 juillet à 17 h place de la République à Paris. "Les solutions existent pour éviter certains drames, certaines sont à développer, d'autres à créer", expliquent-elles. "Nous demandons solennellement au président de la République d'être le premier homme politique français à mettre fin à ce massacre", écrit ce collectif. 

70 décès depuis de le début de l'année

Selon le Parisien, Noël Agossa, oncle d'Aissatou, 21 ans, tuée en 2016 par son ex-petit ami, et une amie de Julie Douib récemment tuée en Corse par le père de ses enfants sont à l'origine de ce texte "soutenu par la Fondation des femmes". 

"Elles ont cherché de l'aide et on les a renvoyées chez elles, à la merci de leur agresseur", déplore la tribune. La page Facebook "féminicides par compagnons ou ex" a recensé 70 décès depuis le début de l'année 2019.



125 personnes sont mortes en 2017, victimes de la violence de leur partenaire ou de leur ex-partenaire (contre 138 en 2016 et 136 en 2015), dont 109 femmes et 16 hommes, selon les derniers chiffres communiqués par le gouvernement. Ainsi, une femme meurt tous les 3 jours du fait de la violence de son conjoint ou ex-conjoint.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.