Des nanoparticules potentiellement dangereuses dans les desserts de Noël

Des nanoparticules potentiellement dangereuses dans les desserts de Noël
Les gâteaux de Noël sont-ils dangereux pour la santé ?

Orange avec AFP, publié le vendredi 22 décembre 2017 à 16h45

L'association Agir pour l'environnement estime que plus de 100 bûches et desserts glacés, toutes marques confondues pourraient contenir des nanoparticules dangereuses pour la santé. Le collectif appelle à une meilleure information des consommateurs.



A quelques jours de Noël, voilà une nouvelle qui pourrait couper l'appétit de certains. Les bûches et desserts glacés, consommés en grand nombre lors des fêtes de fin d'année, pourraient contenir des nanoparticules dangereuses pour la santé.

C'est le constat de l'association Agir pour l'environnement (ANE), qui publie une liste des desserts glacés concernés, notamment des bûches et pâtisseries de Noël.



Fauchon, Picard, Côte d'or, Auchan ou encore Monoprix... Au total, dix enseignes qui commercialisent des desserts à base des colorants E171 (dioxyde de titane) et E172 (oxydes de fer) à l'échelle nanoparticulaire. Le premier permet de "blanchir, d'opacifier ou de faire briller les préparations et le deuxième sert de colorant rouge".

"NANO" SUR LES ETIQUETTES

"Ces substances infiniment petites (un milliardième de mètre) peuvent plus aisément franchir les barrières physiologiques. Leurs effets toxiques sont de mieux en mieux documentés : dommages à l'ADN, perturbation du fonctionnement cellulaire, affaiblissement du système immunitaire..."

L'association cite également une étude validée par l'ANSES, montrant que l'ingestion de E171 favorise des lésions précancéreuses du colon chez les rats au bout de 3 mois seulement. Agir pour l'environnement réclame une meilleure information sur les étiquettes de ces produits , notamment la "la mention dans la liste des ingrédients".

Une transparence que les Français demandent de plus en plus. Dans un sondage IFOP/Agir pour l'environnement réalisé en octobre 2017, 86% des personnes interrogées ont déclaré ne pas se sentir suffisamment informées sur les usages et les risques des nanoparticules dans l'alimentation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.