Des militants vegan évacués sans ménagement du Salon de l'Agriculture

Des militants vegan évacués sans ménagement du Salon de l'Agriculture©Capture Le Huffington Post

Huffington Post, publié le samedi 24 février 2018 à 17h35

"Justice pour les animaux", "stop à l'élevage"... Une vingtaine de militants de l'association vegan 269 Libération Animale, qui prône l'interdiction de la consommation de viande, ont été évacués sans ménagement du Salon de l'Agriculture, après avoir fait irruption devant un stand bovin ce samedi 24 février 2018.



Sur les images captées par notre reporter sur place, on peut voir ces activistes brandir des pancartes revendiquant la "libération animale", ce qui a provoqué la consternation des éleveurs médusés. "Une aberration", a déploré un producteur au micro du HuffPost, pendant qu'un autre arrachait violemment les pancartes des militants.

Le service de sécurité du Salon de l'Agriculture est alors intervenu pour évacuer manu militari les militants, alors que plusieurs éleveurs commençaient à prendre les choses en main. Une séquence particulièrement tendue.

À noter que le Salon de l'Agriculture n'en a sans doute pas fini avec ces activistes de la cause animale. Sur le site internet de l'association, une journée de "deuil national" en "hommage aux animaux venus de toute la France afin d'être exposés puis abattus" est prévue pour demain à Porte de Versailles, où se déroule le salon.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
599 commentaires - Des militants vegan évacués sans ménagement du Salon de l'Agriculture
  • Curieuse attitude , très démocratique, du service de sécurité du salon de l'agriculture,: Moi qui pensait naïvement que dans un pays démocratique chaque citoyen avait le droit d'exprimer son opinion, meme si celle-ci va à l'encontre de celle de la majorité....

  • personne n'est obligé de les suivre, chacun est libre de décider s'il veut changer son comportement vis à vis des animaux
    mais ce n'est pas une raison d'user de violence à leur encontre comme l'on fait les éleveurs ; il les ont frappés , arrachés leurs pancartes alors que ce n'était pas à eux d'assurer le service d'ordre mais aux agent de la sécurité du salon
    organiser un débat aurai été plus démocratique;
    sans aller jusqu'à leur "utopie " nous pouvons changer notre comportement, en mangeant moins de viande, exiger que les anomaux soient bien traités, pas nourrie aux OGM, soit abattus sans souffrance; que l'élevage se fasse dans le respect de l'environnement, qu'il n'y ai pas d'industrialisation du "vivant ": élevage en batterie, robotisation des fermes de 1000 vaches etc. Déforestation en Amérique du sud et diminution de la forêt amazonienne.. arrêt des élevages pour la fourrure.et trafics d'animaux ..
    de leur côté ils n'ont pas à imposer les cirques sans animaux, car les félins sont nés en captivité et ne peuvent pas vivre dans leur milieu d'origine, idem pour les zoo qui préservent les espèces en voie de disparition

    entièrement d'accord avec vous .

  • Encore des ayatollahs qui veulent imposer leur façon de vivre et même s'il y a moins d'un pour cent des abattoirs qui se conduisent comme des bourreaux il faut les dénoncer !

  • De toutes façons quoique l'on fasse, quoique l'on dise et même quoique l'on pense il y a toujours une ou des associations qui sont contre.

  • J'ai entendu un membre du gouvernement comparer la retraite faramineuse d'un cheminot avec la très médiocre pension d'un agriculteur lambda.
    On en pleurerait.
    Seulement, lorsqu'un cultivateur lambda prend sa retraite, il peut vendre ses terres et autres immeubles, ou les louer, ce qui représente un capital très conséquent.
    Sans parler de la vente du matériel et des installations.

    s'il possède leurs terres ils ont déjà bien du mal à la céder à leurs enfants;
    les agriculteurs sont des passeurs de terre , pas des propriétaires
    et beaucoup ne sont que des "fermiers" c'est à dire qu'ils travaillent sur des terres qu'ils louent à des propriétaires fonciers ou à la SAFER (l'ETAT)
    ou à des "grands industriels " céréaliers
    mon père est par héritage propiétaire foncier de quelques centaines d'hectare mais cela ne rapporte rien :moins de 2000 euros par an , 400 euros pour une parcelle de vigne ) et nous payons les impôts fonciers dessus; la terre agricole ne vaut que quelques euros le mètre carré, pourtant c'est un bien hérité de mes arrières grands parents qui eux aussi exploitaient les terres d'un noble ; la révolution n'a tien changé, la terre n'est toujours pas à ceux qui l'exploitent
    et ils sont endettés jusqu'au cou!!!