Des légionnaires interpellés et soupçonnés de gérer un réseau de prostitution à l'échelle nationale

Des légionnaires interpellés et soupçonnés de gérer un réseau de prostitution à l'échelle nationale ©Panoramic (photo d'illustration)

publié le samedi 23 octobre 2021 à 17h04

Vendredi 22 octobre, six légionnaires passés par le régiment de Nîmes (Gard) ont été présentés à un juge, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Selon France Bleu et France 3 Régions, ils sont accusés de diriger un réseau de prostitution.

Les forces de l'ordre ont réussi un coup de filet d'ampleur.

Mardi 19 octobre, six légionnaires du régiment de Nîmes, ou membres au cours de leur carrière, ont été arrêtés à Nîmes (Gard) et dans les Bouches-du-Rhône, par le Raid et l'Office central de lutte contre la traite d'êtres humains (OCRTEH). Ces derniers sont soupçonnés d'avoir mis sur pied et de diriger un réseau de prostitution à l'échelle nationale, mais géré depuis la capitale du Gard, rapportent France 3 Régions et France Bleu. Ces hommes, originaires d'Europe de l'Est, ont été présentés à un juge, vendredi 22 octobre, à Marseille (Bouches-du-Rhône), et mis en examen pour différents chefs d'inculpation : "proxénétisme aggravé", "traite d'êtres humains", "blanchiment" et "association de malfaiteurs en vue de commettre un meurtre".



Un réseau de prostitution très développé 

La Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (JIRS) est en charge de l'enquête. Celle-ci a débuté il y a près d'un an, en novembre 2020. Elle avait été déclenchée après l'interrogatoire d'une prostituée ukrainienne à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Au-delà de posséder une somme importante en liquide sur elle, ainsi que beaucoup de préservatifs, elle avait avoué se prostituer dans un réseau opérant depuis Nîmes. Un système très rôdé aurait été mis en place par les légionnaires arrêtés, avec des locations d'appartements, des annonces mises en ligne sur internet, et même l'embauche de standardistes pour fixer les rendez-vous entre les clients et des femmes venues d'Europe de l'Est. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.