Des "gilets jaunes" adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Des "gilets jaunes" adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron
Des manifestants à Bordeaux, le 29 décembre 2018

, publié le vendredi 04 janvier 2019 à 08h30

Sur sa page Facebook, le collectif "La France en colère", qui fait partie du mouvement des "gilets jaunes", demande à être reçu par un représentant du gouvernement pour discuter. "Nous ne sommes pas résignés", "nous irons plus loin", promettent les signataires, alors que se profile l'acte VIII de la mobilisation, samedi 5 janvier.

Les "gilets jaunes" lancent un appel à Emmanuel Macron.

Le collectif "La France en colère", qui revendique près de 300.000 membres, a publié une lettre ouverte adressée au président de la République. Dans ce courrier de quatre pages, daté du 3 janvier, le groupe demande à être mieux considéré par les autorités. "Nous citoyens de France, gilets jaunes ou non, nous vous adressons ce jour une demande solennelle. Changez d'attitude et accueillez-nous autour d'une table pour discuter", écrivent les auteurs du texte. "La colère va se transformer en haine si vous continuez, de votre piédestal, vous et vos semblables, à considérer le petit peuple comme des gueux, des sans dents, des gens qui ne sont rien", poursuivent-ils.



Référendum, baisse des taxes et des salaires des élus

La lettre, qui devrait être lue sur le parvis de l'Hôtel de Ville samedi, se veut une réponse aux vœux adressés par le chef de l'État pour la nouvelle année, le 31 décembre dernier. "Vous dénoncez maintenant, lors de vos vœux, des excès, des débordements ? Vous parlez sans nul doute des exactions de vos forces de l'ordre à l'égard des citoyens", lancent les "gilets jaunes". Après avoir annoncé le 10 décembre des mesures sociales et un débat national, Emmanuel Macron a adopté un ton offensif lors de ses voeux, en appelant à "l'unité retrouvée" et en affirmant que "l'ordre républicain sera assuré sans complaisance" face aux violences.

Parmi les revendications avancées, les "gilets jaunes" réclament d'être reçus par "une personnalité respectable qui n'ait pas été visée par des enquêtes judiciaires". Ils demandent également la mise en place du référendum d'initiative citoyenne pour redonner "la souveraineté du peuple de France".



"Nous nous défions de la mise en place de votre plan de consultation nationale. Nous le considérons comme un piège politique", affirment les auteurs du texte, qui exigent des mesures concrètes, notamment sur le plan économique. Les auteurs du texte réclament, par exemple, une "baisse significative de toutes les taxes et impôts sur les produits de première nécessité" ainsi que la diminution des salaires et retraites "des élus et hauts fonctionnaires d'État". Selon un récent sondage, 55% des Français souhaite que le mouvement des "gilets jaunes" se poursuive.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.