Des députés de la majorité se plaignent de l'état d'urgence sanitaire, le début d'une nouvelle fronde chez LREM ?

Des députés de la majorité se plaignent de l'état d'urgence sanitaire, le début d'une nouvelle fronde chez LREM ?©Panoramic
A lire aussi

, publié le vendredi 19 février 2021 à 13h20

Le Point et franceinfo révèlent que dix députés membres de La république en marche (LREM) ont écrit au Premier ministre pour demander la sortie de l'état d'urgence sanitaire. L'exécutif doit une nouvelle fois affronter la colère des élus de son propre camp.

C'est un courrier dont le Premier ministre et l'exécutif se seraient bien passés.

Jeudi 18 février, Le Point et franceinfo ont révélé que dix députés du mouvement politique En commun, membres de La république en marche (LREM), ont envoyé un courrier à Jean Castex pour dénoncer l'état d'urgence sanitaire permanent.



 Les parlementaires qui ont signé la lettre font partie de l'aile gauche et écologiste de la majorité. Parmi eux, on retrouve notamment Hugues Renson, député de Paris et vice-président de l'Assemblée nationale. "Il est de notre responsabilité de vous alerter sur ce qui semble constituer à nos yeux un danger réel pour notre démocratie", écrivent ces membres de la majorité dans un courrier que Le Point et franceinfo ont pu se procurer. Les députés font notamment part d'une "lassitude croissante face à une urgence qui n'en est plus une".

 Comme le souligne Le Point, l'état d'urgence sanitaire, prolongé cette semaine jusqu'au 1er juin 2021, permet au gouvernement de légiférer par ordonnance ou d'organiser des audiences à huis clos. "La procédure accélérée est maintenant systématiquement imposée au Parlement. Est-ce ainsi que l'on doit voter les milliards d'un projet de loi de finances rectificative, sans débat ? Ce n'est pas normal...", a commenté l'un des signataires de la lettre à l'hebdomadaire. De quoi laisser présager une nouvelle fronde chez LREM ?

Création d'un nouveau groupe au printemps 2020

Ce n'est pas la première fois que les méthodes de l'exécutif font grincer des dents au sein de la majorité. Au début de l'année 2020, certains députés LREM n'avaient pas du tout apprécié l'adoption sans vote du projet de loi sur les retraites. Le recours au fameux article 49.3 pour passer "en force" à l'Assemblée avait déjà fait tanguer la majorité.

Le point de rupture a été atteint au printemps dernier. En mai 2020, 17 députés, notamment déçus par la politique environnementale du gouvernement, avaient créé un groupe indépendant à l'Assemblée nationale, appelé Ecologie Démocratie Solidarité, après avoir quitté le parti présidentiel. Quelques mois plus tard, en octobre, 32 députés LREM avaient voté contre la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes afin de sauver la filière betteraves et 36 s'étaient abstenus.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.