Des carnavals en Martinique et Guadeloupe malgré l'interdiction

Des carnavals en Martinique et Guadeloupe malgré l'interdiction
Carnaval à Fort-de-France, le 10 février 2013.

publié le mardi 16 février 2021 à 14h17

Les habitants du Lamentin, la deuxième ville la plus peuplée de Martinique, sont descendus dans la rue lundi 15 février à l'occasion du carnaval du Mardi Gras, malgré l'interdiction du préfet. Ils sont loin d'être les seuls. 



Avec l'épidémie de Covid-19, les festivités des Jours gras, qui marquent la fin du carnaval, ont été largement réduites voire annulées en Guadeloupe et en Martinique cette année.

Mais ça n'a pas empêché certains de faire la fête. 

Au Lamentin, la deuxième ville la plus peuplée de Martinique, 1.000 à 1.5000 personnes sont descendues dans la rue lundi soir 15 février pour faire la fête. Les carnavaliers se sont donné rendez-vous via des groupes WhatsApp, rapporte France-Antilles, en précisant qu'un code vestimentaire avait été donné pour se retrouver : blanc avec un parapluie. 

un "vidé" (défilé) a également eu lieu lundi à Schoelcher. Dans les deux cas, la distanciation sociale et le port du masque n'étaient pas au rendez-vous au vu des vidéos postées sur les réseaux sociaux. 



La préfecture de Martinique avait pourtant annoncé une interdiction des rassemblements sur la voie publique, une fermeture des commerces l'après-midi et des barrages de police et de gendarmerie pour cet événement qui se tient du 14 au 17 février. 



Pour parer à tout risque, la Martinique avait également organisé un carnaval canalisé au stade Pierre-Aliker de Fort-de-France, qui n'a visiblement pas fait le plein selon la presse locale. 



En Guadeloupe, des carnavals illégaux ont également eu lien entre les Abymes et Pointe-à-Pitre dimanche 14 février. Dans un communiqué, la préfecture dit "déplorer ces comportements irresponsables de la part des organisateurs et des participants qui y ont entraîné de jeunes enfants" et annonce des poursuites à leur encontre.

C'est en prévision de cette fête très populaire dans la culture antillaise et caribéenne, et après la détection d'un cas de variant anglais, que la Martinique et la Guadeloupe ont annoncé ce week-end de nouvelles restrictions pour les déplacements entre les deux îles. Depuis mardi 16 février, un "motif impérieux" est de nouveau exigé.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.