Depuis trois mois, 180 chômeurs attendent que l'État les paie

Depuis trois mois, 180 chômeurs attendent que l'État les paie©Panoramic

publié le mercredi 30 août 2017 à 14h00

Parmi les petites mains des élections, il y a les personnes qui mettent sous pli les professions de foi des candidats, un rouage très discret, mais essentiel du fonctionnement de la démocratie. 180 demandeurs d'emploi, qui ont travaillé six journées et six soirées mi-juin pour préparer les élections législatives, attendent toujours d'être payées.

Europe 1 a recueilli ce mercredi le témoignage de Valérie Laurence.

"Les gens ont dépensé de l'argent pour mettre du carburant pour venir travailler. Ce n'est pas normal. Ça s'est bien passé pour les candidats. C'est encore les petites gens qui morflent pour les grands", s'insurge-t-elle au micro de la radio.

Ancienne gérante d'agence immobilière, Valérie Laurence ne touche que le RSA depuis six mois. Avec les 600 euros de la mise sous pli effectuée à Saint-Lô (Manche), elle voulait créer une nouvelle activité à la rentrée. "J'ai un projet, je voudrais me remettre à mon compte, une petite centaine d'euros m'aurait suffi, mais là je ne peux pas me lancer, je ne peux rien faire. Je suis bloquée. Je ne peux pas aller mettre d'essence dans ma voiture. C'est de la survie aujourd'hui", confie-t-elle amère.

Le service qui doit payer Valérie Laurence serait débordé. Il gère 22 départements de l'ouest de la France. Selon Europe 1, la préfecture de la Manche assure que les demandeurs d'emploi seront payés d'ici la fin septembre. "J'ai demandé une avance, on m'a dit que ce n'était pas possible", précise la Normande. "Je comprends très bien que ce soit très lourd à gérer, mais depuis le temps que ça existe...".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.