Déplacements et motifs dérogatoires : ce qu'il faut savoir

Déplacements et motifs dérogatoires : ce qu'il faut savoir
(Photo d'illustration)

, publié le vendredi 02 avril 2021 à 11h00

Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a fait le point sur les nouvelles restrictions qui entrent en vigueur samedi dans l'ensemble de l'Hexagone, ainsi que les motifs dérogatoires à la règle des 10 kilomètres autour du domicile.

Après les nouvelles mesures annoncées par Emmanuel Macron dans son allocution du 31 mars, les membres du gouvernement sont au front pour assurer la communication sur l'application pratique des restrictions contre le Covid-19. Les déplacements inter-régionaux, interdits dans le cadre de ce nouveau tour de vis de printemps, feront l'objet d'une tolérance pour les personnes allant s'installer ailleurs pour les semaines qui arrivent.

Contrôles renforcés à partir de mardi

Pour le week-end de Pâques, "nous appliquons une tolérance" de manière à permettre les "déplacements légitimes", a ainsi déclaré le ministre des Transports à l'antenne d'Europe 1, vendredi 2 avril, citant l'exemple des familles souhaitant amener leurs enfants que les grands-parents. "A partir de mardi matin, il y aura des contrôles beaucoup plus systématiques sur le motif de déplacement", indique Jean-Baptiste Djebbari.

"En dessous de 10 kilomètres, les déplacements ne nécessitent pas d'attestation. Et au delà, vous devez à la fois avoir une attestation ainsi qu'un motif dérogatoire", a t-il ajouté, avant de lister plusieurs motifs dérogatoires. Y sont ainsi inclus les déménagements, les examens et concours, les rendez-vous médicaux ou les déplacements professionnels.


"Aller fêter Pâques n'est pas un motif dérogatoire", insiste toutefois le ministre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.