Dépendance: 13 fédérations demandent l'affectation progressive de la CRDS pour le grand âge

Dépendance: 13 fédérations demandent l'affectation progressive de la CRDS pour le grand âge
Dans un Ehpad parisien le 5 juillet 2018

AFP, publié le mardi 24 septembre 2019 à 19h45

Treize fédérations et organisations du secteur de la dépendance ont demandé mardi au gouvernement d'affecter "dès 2020" une partie de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) au financement du grand âge, pour répondre à "l'urgence" des besoins dans les Ehpad et services d'aide à domicile.

A quelques jours de la présentation du budget "de la Sécu", prévue lundi, les présidents de ces structures, dont la Fédération hospitalière de France, la Mutualité française, le Synerpa pour le secteur des prestataires privés de services à domicile ou la Croix rouge pour le secteur associatif, s'allient de façon inédite pour réclamer "l'affectation progressive" de cette contribution "au plan grand âge".

"Il nous semble indispensable, sans accroitre les prélèvements obligatoires, d'affecter dès 2020 une part des ressources socio-fiscales aujourd'hui affectée au remboursement de la dette sociale, à la réponse aux besoins de santé et d'accompagnement du grand âge", plaident-ils dans une lettre adressée à Edouard Philippe, dont l'AFP a obtenu copie, estimant qu'"il y a urgence". 

La CRDS, prélèvement obligatoire créé en 1996 qui devait rapporter quelque 7,6 milliards d'euros en 2019, est intégralement affectée à la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades). Mais la Cades doit disparaître en 2024, quand elle aura fini de rembourser les 275 milliards d'euros de dette accumulée depuis 1996.

Selon les signataires, en prenant "700 millions d'euros (en 2020), puis 1 milliard à partir de 2021, il est possible d'améliorer rapidement le sort de nombre de nos concitoyens âgés sans renoncer à l'objectif de rembourser, à l'horizon 2026 ou 2027, la totalité de la dette sociale".

Pour eux, le Premier ministre ne doit pas "faire l'impasse sur l'ardente obligation de renforcer les moyens humains dans les structures pour personnes âgées, en établissement comme à domicile".

Le rapport Libault sur le grand âge, remis en mars au gouvernement, préconisait de créer 80.000 postes dans les Ehpad d'ici à 2024 mais sans chiffrer les besoins à domicile.

Pour financer cet effort, ce rapport dont le gouvernement doit s'inspirer pour présenter un projet de loi sur la prise en charge de la dépendance fin 2019, suggérait déjà de recourir à la CRDS, mais à partir de sa disparition en 2024.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.