Déficit des hôpitaux: Buzyn exclut de toucher aux effectifs de soignants

Déficit des hôpitaux: Buzyn exclut de toucher aux effectifs de soignants

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le 6 décembre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris

A lire aussi

AFP, publié le mardi 19 décembre 2017 à 09h54

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a exclu mardi de toucher aux effectifs des personnels soignants pour résorber le déficit des hôpitaux publics, les équipes travaillant déjà "sous d'énormes tensions".

Interrogée sur Sud Radio sur l'incidence de la masse salariale sur la situation financière des hôpitaux publics, qui "devraient connaître un déficit historique de 1,5 milliard d'euros" en 2017 selon leur fédération, la FHF, la ministre a évoqué un "effet ciseaux". 

La masse salariale a "augmenté de façon mécanique" alors que "l'activité baisse", en raison de la revalorisation en 2017 du point d'indice (qui détermine le traitement des fonctionnaires, dont les agents hospitaliers) et de l'application du protocole PPCR de revalorisation des carrières des fonctionnaires, a expliqué Mme Buzyn. 

"Pour autant, je pense qu'on ne peut pas baisser les effectifs de soignants", a-t-elle souligné, car les équipes "sont sous d'énormes tensions" et font "un métier très difficile". 

Dans un contexte de dégradation des conditions de travail à l'hôpital, "on ne peut pas aujourd'hui imposer aux soignants dans les hôpitaux un rythme encore plus élevé d'activité", a insisté la ministre. 

Pour Mme Buzyn, qui présentera une réforme des hôpitaux en 2018, "la construction même du financement des hôpitaux", avec la tarification à l'acte, est un système "pervers", qui "a entraîné progressivement des dérives puisqu'on a demandé aux hôpitaux d'être rentables". "L'hôpital a une mission de service public", a-t-elle rappelé. 

 
21 commentaires - Déficit des hôpitaux: Buzyn exclut de toucher aux effectifs de soignants
  • c'est la ministre qui doit être exclue pour incompétence et favoritisme des labos !!!

  • pour que nos dirigeants voient la réalité et prennent conscience des difficultés du personnel des hôpitaux , il faudrait qu'ils soient considérés comme monsieur tout le monde, leur donner rendez vous dans 2 ou 3 mois,ne pas être aux petits soins mais s'occuper d'eux quand le personnel a le temps...peut être seraient ils plus dans la vie réelle au lieu de tout décider depuis leur ministère sans rien connaître de la réalité.

  • Qu'elle visite les centres hospitaliers et autres établissements.
    Je suis actuellement en centre de rééducation aprés la pose d'une prothése de genou. Je suis outrée. Les hopitaux vous balancent aussi rapidement que possible dans les centres où il n'y a pas suffisant de kiné pour assurer les soins. J'en ai eu 3 différents en 3 semaines et encore je suis gâtée certaines personnes n'ont qu'une heure par jour.
    Plus de prise de sang pour contrôle
    Et les dépassements d'honoraires une personne a réglé 1.000 € au chirurgien et 600€ à l'anesthésiste
    VOILA UNE MEDECINE A DEUX VISITES
    La nourriture n'en parlons pas
    Voyez la réalité telle qu'elle est Madame, chapeau le macronisme
    La situation est trés grave

  • Est-ce que les cliniques privées soignent gratuitement les " personnes " sans sécu , ni CMU ?

  • Bien sûr, elle dit qu'elle ne va pas baisser le nombre de soignants, seulement c'est tout le reste du personnel qui va être menacé de privatisation (toute la logistique : ménage -c'est bien commencé-, secrétariats, cuisines, services techniques, etc....) des milliers d'emplois de la fonction publique hospitalière menacés !!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]