Décret sur les bénévoles : « C'est la mort du Puy du Fou », tempête De Villiers

Décret sur les bénévoles : « C'est la mort du Puy du Fou », tempête De Villiers©Panoramic

6Medias, publié le mercredi 14 mars 2018 à 13h50

Le gouvernement veut encadrer l'activité des bénévoles. Pour certains, cela signerait la mort du spectacle vivant.
C'est un arrêté du 25 janvier 2018 qui a mis le feu aux poudres, rapporte le Figaro.

Il vient encadrer le statut des bénévoles qui participent à des spectacles à but lucratif avec billetteries, dans le prolongement d'une loi de juillet 2016. Une démarche « liberticide » pour Philippe de Villiers, le créateur du Puy du Fou, qui emploie à lui seul 4 000 bénévoles. Cet arrêté menace, selon lui, ses spectacles. « C'est la mort programmée du Puy du Fou », s'indigne-t-il.



Dans le détail, les amateurs ne pourront pas participer à plus de huit spectacles dans l'année, alors que le Puy du Fou en propose 28. Un pointage quotidien sera mis en place afin de contrôler cette participation. Par ailleurs, la délivrance de l'autorisation du spectacle sera renouvelable chaque année. D'autres associations, avec moins de moyens que le Puy du Fou, s'alarment de ces dispositions pourtant voulues par la CGT-spectacle afin de traquer les abus des employeurs. Du côté du ministère de la Culture, Françoise Nyssen déplore la réaction du Puy du Fou, associé « depuis 2014 aux réunions concernant de projet maintes fois discuté et amendé », rapporte le Figaro. Philippe de Villiers persiste à dénoncer un projet « inique », tandis que le ministère assure vouloir aussi défendre les employeurs qui risqueraient un contrôle Urssaf s'ils n'étaient pas en règle.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
643 commentaires - Décret sur les bénévoles : « C'est la mort du Puy du Fou », tempête De Villiers
  • ils'agit uniquement des spectacles avec billetterie payante, dont LE PUY DU FOU qui encaisse de l'argent pour ses spectacles meme assez onéreux, pourquoi parce qu'il s'appelle DE VILLIERS aurait il le droit d'embaucher des benevoles durant 3 mois pour ses spectacles, comment celà se passe-t-il quand un benevole a un accident en jourant, c'est la SECU qui paie, donc double peine pour nous. Et depuis 25 ans qua le puy du fou existe ce n'est plus une association à but non lucratif c'est une entreprise comme les autres, qui fait des bénéfices sauf qu'ils sont réemployés pour améliorer les spectacles chaque année, mais imaginez qu'en France on soit tous des associations et non des entreprises qui paierait l'URSSAF et toutes les charges..parce que LE PUY DU fou a déjà bénéficié de subventions de la région et du déaprtement depuis longtemps...meme si la CGT n'avait pas mi son nez dedans et dieu sait que je suis contre la CGT je trouve normal que le PUY DU FOU participe un peu a l'eefort qui nous est demandé à nous smicards et petits retraités....

  • il faudrait bien se pencher sur le cas de de villers cela n'est pas très clair

  • combien d'heures travaillent les bénévoles qui s'occupent des migrants ? ? et avec quel argent mais là S I L E N C E

  • Ce n'est pas aux bénévoles que le gouvernement aurait dû s'intéresser mais aux "intermittents du spectacle" qui bénéficient d'une discrimination positive aussi coûteuse qu'injustifiée. En tout cas, ce n'est pas à l'assurance chômage de financer le "régime spécial" de ces intermittents souvent très intermittents qui peuvent bénéficier d'un excellent revenu sans travailler ni rechercher du travail en gros pendant un an pour un seul mois de travail ! Tout le monde sait qu'il ne s'agit pas de chômage, c'est à dire de privation involontaire d'emploi. Alors, si ce système choquant doit perdurer, qu'il soit financé par leurs employeurs. Faudra t-il encore être prudent car la majorité de ces derniers est constituée d'administrations, de collectivités territoriales, d'associations et d'entreprises (cinéma) subventionnées, donc in fine d'argent public également ...

  • Le monde associatif est le seul système qui fait vivre la culture et le rassemblement dans nos communes rurales. Pourquoi s'attaquer à cela effectivement c'est la mort complète des festivals et des manifestations où les bénévoles sont les nerfs du système. Si les intermittents du spectacle y sont pour quelque chose et mettent la pression pour prendre la place des bénévoles, ils se rentrent le doigt dans l'oeil. Nos élus locaux doivent mettre la pression et défendre rubis sur l'ongle leurs associations.

    d'accord voila l'explication , au sujet des intermittents, voila pourquoi un syndicat y a mis "son nez" .
    Bien sur que c'est utile dans les communes environnantes, surtout qu'au début pas de distraction dans le coin.