Déconfinement : quelles plages rouvrent ?

Déconfinement : quelles plages rouvrent ?
Une famille sur la plage de La Baule mercredi.

, publié le mercredi 13 mai 2020 à 09h00

En Bretagne, sur la Côte d'Azur, dans le Pays basque... Les bords de mer sont (ou vont être) à nouveau accessibles aux promeneurs avec des restrictions. Les maires sont autorisés, après feu vert du préfet, à rouvrir les bords de mer si les conditions sanitaires le permettent. 

Après deux mois de confinement, les habitants de La Baule et de Pornichet, en Loire-Atlantique, vont enfin pouvoir profiter de ces grandes plages de sable.

La préfecture du département a autorisé leur ouverture pour "l'exercice d'activités dynamiques". "Les plages de La Baule et de Pornichet autorisées à rouvrir dès (mercredi) de 8h à 21h. Baignade et pêche autorisées", a annoncé le préfet sur Twitter. 




Mais "toute présence statique, assise ou allongée, est interdite" sur ces plages, "ainsi que la pratique du pique-nique", selon un arrêté préfectoral daté du 12 mai. Les regroupements de plus de dix personnes, les activités physiques collectives, les "pratiques festives" et la consommation d'alcool sont également interdites sur la plage de La Baule, souvent décrite localement comme "la plus plage belle d'Europe". La promenade, la baignade, la pratique sportive individuelle et la pêche à pied, sont en revanche autorisées. 



Les mairies de La Baule et Pornichet doivent afficher les consignes de sécurité à l'entrée et à la sortie des plages et veiller au respect des mesures de "distanciation sociale" (1 mètre entre les personnes et 5 mètres entre les groupes). "L'accès aux plages répond à une nécessité pour maintenir l'attractivité économique et touristique" de ces communes, souligne le préfet dans l'arrêté.

De nombreuses plages ouvertes autour de Brest

En Bretagne, plusieurs plages du Finistère ont déjà rouvert, selon Le Télégramme mardi, essentiellement des plages "de la région brestoise et du pays d'Iroise, note le quotidien de Brest. Les autres départements devraient suivre assez vite." Il s'agit de : plage des Trois Moutons à Lampaul-Ploudalmézeau, plage du Trez Hir à Plougonvelin, plages du Portez et de Porsmilin à Locmaria-Plouzané, plage des Blancs Sablons au Conquet, plage de Tréompan à Ploudamézeau, plages de Pors Sévigné, de Ruscumunoc et d'Hidell, de Porsmoguer et de Porsman à Plouarzel. 



De nombreuses autres plages du littoral, de la Méditerranée à la mer du Nord en passant par l'Atlantique, pourraient rouvrir dès ce week-end pour des promenades ou du sport, sous réserve de l'acceptation des dossiers présentés par les municipalités. 

Et les plages de Méditerranée ?

Sur la Côte-d'Azur, "j'ouvrirai, après examen des dossiers qui me seront proposés, les plages dont les maires demanderont l'ouverture", a déclaré le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez mardi sur France Bleu Azur. "On va partir dans un premier temps vers une utilisation des plages qu'on appelle 'dynamique', c'est-à-dire pour la promenade et l'accès à la mer pour les pratiques sportives individuelles". Si le préfet reçoit "des dossiers étayés" d'ici là, les plages pourront rouvrir dès ce week-end

Dans les Pyrénées-Orientales aussi, "des ouvertures à partir de ce week-end sont possibles", pour un usage "dynamique", a annoncé le préfet du département, Philippe Chopin. "Les maires qui souhaitent rouvrir leurs plages devront soumettre au préfet un dossier respectant un cahier des charges précis", précise la préfecture.

"Nous espérons rouvrir ce week-end", a déclaré à l'AFP le maire de Barcarès, Alain Ferrand, le premier du département à demander officiellement une dérogation, sur la base d'un protocole sanitaire limitant notamment la taille des groupes présents à 10 personnes. 

Dans le Sud-Ouest

Côté Atlantique, de nombreux maires de Nouvelle Aquitaine ont également déposé leurs dossiers en préfecture pour la réouverture des plages dès ce week-end. En Gironde, la préfecture devrait rendre son verdict vendredi.

Au Pays Basque, "on veut ouvrir au plus vite, c'est-à-dire dès ce week-end", a indiqué à l'AFP Emmanuel Alzuri, le maire (sans étiquette) de Bidart, près de Biarritz : "Il y a une pression forte des habitants, qui se demandent pourquoi on peut aller dans les grandes surfaces, en montagne, en forêt, et pourquoi on ne peut pas marcher sur la plage ou aller surfer".

Ouverture prochaine dans le Nord et le Pas-de-Calais

Même situation dans le Nord, où les maires des communes du littoral ont saisi le préfet. Ils devraient obtenir une réponse "dans le courant de la semaine", a annoncé la préfecture.

Dans le Pas-de-Calais, plusieurs communes littorales, dont Boulogne-sur-Mer et Wimereux, ont aussi annoncé avoir demandé une dérogation au préfet. "Nos plages du littoral sont vastes et permettent la promenade de manière individuelle ou en famille, la pratique sportive individuelle ou les activités de pêche à pieds, et ceci en toute sécurité et dans le respect des mesures de distanciation", estiment-elles notamment. 

Prudence en Corse, frappée de plein fouet par l'épidémie

En Corse aussi , les communes littorales étudient la possibilité de rétablir l'accès aux plages, même si la réouverture pourrait intervenir plus tard. En Corse-du-Sud, les maires des communes qui le souhaitent vont se réunir devraient "faire des propositions dans le courant de la semaine prochaine pour fixer un objectif de réouverture avant le week-end de la Pentecôte" qui débute le samedi 30 mai, précise à l'AFP le préfet Franck Robine. 

Parmi les communes qui souhaitent un peu plus de temps pour évaluer la situation sanitaire figure Ajaccio, une des communes les plus touchées par l'épidémie de Covid-19 dans l'Ile de Beauté.

En Haute-Corse, la question concerne également une trentaine de communes. Un dossier à compléter par les maires sur leurs souhaits devait leur être envoyé mercredi et "l'instruction des demandes sera faite avant la fin de semaine prochaine", la préfecture à l'AFP. 

De nombreux maires demandaient la réouverture des plages, fermées depuis le confinement, pour permettre aux riverains de faire de l'exercice. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé la semaine dernière des possibilités de réouverture au "cas pour cas". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.