Déclaration 2021 d'impôt sur le revenu : davantage d'exonérations cette année

Déclaration 2021 d'impôt sur le revenu : davantage d'exonérations cette année ©Joël SAGET / AFP

, publié le samedi 10 avril 2021 à 07h00

Faut-il toujours faire sa déclaration ? Allez-vous payer moins ? Depuis, quelques jours, vous pouvez déclarer vos revenus de 2020 - obligatoirement en ligne pour la plupart des foyers. Il y a quelques nouveautés, issues de mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire et économique. Voici ce qui change

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et celui des Comptes publics Olivier Dussopt ont officiellement lancé cette campagne 2021 lors d'une conférence de presse jeudi. 

Délais 

Les ménages qui ne peuvent pas faire de déclaration en ligne, et remplissent donc encore une déclaration papier auront jusqu'au 20 mai pour la renvoyer.
Pour ceux qui déclarent leurs revenus en ligne, la date limite s'échelonne du 26 mai au 8 juin, en fonction du département de résidence.




Pour la deuxième année, environ 12 millions de foyers fiscaux dont la situation ne nécessite pas de rectification n'auront pas besoin de déclarer leurs revenus, leur déclaration étant générée de manière automatique par l'administration. Ils n'auront pas à la renvoyer s'ils n'ont pas de changements à effectuer.

Frais de télétravail, "prime Macron" 

Après une année 2020 exceptionnelle, marquée par l'épidémie de Covid-19, certaines mesures prises par le gouvernement durant la gestion de la crise sanitaire auront un impact sur cette déclaration 2021.

Les frais professionnels engagés au titre du télétravail sont exonérés dans une limite de 550 euros annuels.

Par ailleurs, la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, dite "prime Macron", versée par les entreprises à certains salariés en 2020, est exonérée d'impôt sur le revenu (à hauteur de 1.000 euros). 

Prime Covid, heures supplémentaires 

Il en va de même pour la prime Covid, versée par certaines administrations, notamment les établissements publics de santé, ainsi que par les établissements privés de santé ou du secteur social (à hauteur de 1.500 euros).

Les revenus issus des heures supplémentaires effectuées durant la période de l'état d'urgence sanitaire, allant du 16 mars au 10 juillet 2020, sont également exonérés jusqu'à 7.500 euros.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.