Décès de Jacques Chirac : toutes les réactions

Décès de Jacques Chirac : toutes les réactions
Jacques Chirac durant un sommet européen à Bruxelles le 24 mars 2006.
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 26 septembre 2019 à 16h00

L'ancien président de la République (1995-2002) s'est éteint jeudi 26 septembre, à l'âge de 86 ans. Les hommages se multiplient. "C'est une part de ma vie qui disparaît aujourd'hui", salue Nicolas Sarkozy. 

• LES POLITIQUES

À droite 

- Nicolas Sarkozy
, ancien président de la République, fait part de sa "profonde tristesse". "C'est une part de ma vie qui disparaît aujourd'hui". "Il a incarné une France fidèle à ses valeurs universelles et à son rôle historique" et "il n'a jamais rien cédé sur notre indépendance, en même temps que sur son profond engagement européen".

Nicolas Sarkozy salue "la stature imposante et la voix si particulière de Jacques Chirac" qui "ont accompagné la vie politique française pendant un demi-siècle". "S'il a pu nous arriver de nous opposer sur le plan politique, je n'ai jamais oublié ce que je lui devais et ce qu'il a fait pour notre pays" (communiqué). 


- Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac de 2005 à 2007 : Le décès de Jacques Chirac est "une page de notre histoire à tous qui se tourne" et "une part de la France qui s'en va". Jacques Chirac "a su être le visage d'une France de la diversité et des terroirs, de l'enracinement et de l'ouverture au monde". "Aujourd'hui je pleure un homme qui a occupé une place immense dans ma vie, à qui je dois mon engagement en politique et la fierté d'avoir pu servir et représenter mon pays. Merci Monsieur le Président" (communiqué). 

- Jean-Louis Debré, =1emancien président de l'Assemblée nationale et ami intime de Jacques Chirac : "C'était mon ami. Il avait plusieurs personnalités. L'homme de cœur préoccupé par ses concitoyens, désireux de les écouter, de les comprendre en allant vers eux. Le fantastique homme de culture et d'humour, qui était une façon pour lui d'entrer en contact avec les gens" (déclaration à l'hebdomadaire Le Point). 

- Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre de Jacques Chirac de 2002 à 2005, salue "l'obsession de la cohésion sociale" de l'ancien président. "Je suis très peiné. J'avais construit avec lui trois ans durant à Matignon une relation de confiance (...) Le meilleur moment c'était le mercredi matin lorsque l'on faisait le point tous les deux des sujets difficiles. Il aidait son premier ministre, c'étaient des relations de partage institutionnel, avec confiance". (RTL

- Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la République (1974-1981) : "J'ai appris avec beaucoup d'émotion la nouvelle de la disparition de l'ancien président de la République Jacques Chirac. J'adresse à son épouse et à ses proches un message de profondes condoléances" (communiqué).

- Gérard Larcher, président du Sénat (Les Républicains), ancien ministre du Travail de Jacques Chirac : Jacques Chirac "a incarné la France à travers ses territoires qu'il a sans cesse arpentés à commencer par cette terre de Corrèze dont il a été député", il a toujours refusé toute compromission avec les extrêmes" et "a incarné la Nation et la République". 

- Édouard Balladur, ancien Premier ministre (1993-1995), a appris "avec émotion" le décès de son ancien rival politique "après tant d'années de souffrance" (entourage à l'AFP).

- François Bayrou, président du MoDem, salue son "attachement à l'unité des Français et aux valeurs républicaines" (AFP). 

- Christian Jacob, chef de file des députés Les Républicains (LR) : "La France et les Français perdent leur président. La famille gaulliste perd un de ses inspirateurs. Ma peine immense est à la hauteur du respect, de l'admiration et de l'affection que je lui portais depuis toujours" (déclaration à l'AFP). 

- Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national : "Mort, même l'ennemi a droit au respect" (Twitter). 



- Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national : "Malgré toutes les divergences que l'on pouvait avoir avec Jacques Chirac, il aura été un grand amoureux de l'Outre-mer et le Président capable de s'opposer à la folie de la guerre en Irak, renouant avec la traditionnelle position d'équilibre et de diplomatie de la France." (Twitter) 



À gauche 

- François Hollande
, ancien président (PS) de la République : "Jacques Chirac avait su établir un lien personnel avec les Français (...) Il aimait les gens, qui lui rendaient en affection ce qu'il leur avait offert en sympathie". Jacques Chirac était un "combattant", qui "pouvait être tranchant", selon François Hollande, qui raconte avoir été "témoin, dans la relation" qu'il avait "pu établir avec lui ces dernières années sur (leurs) terres corréziennes", de sa "sollicitude" (communiqué). 


- Lionel Jospin, Premier ministre de 1997 à 2002 : "J'ai eu le privilège de gouverner la France sous sa présidence". M. Jospin reconnaît avoir, "au cours d'une période politiquement complexe dite de cohabitation", conduit "une politique intérieure différente de celle" qu'aurait choisie Jacques Chirac. Mais, "en politique étrangère, nous avons veillé tous deux à ce que notre pays parle d'une seule voix et soit respecté sur la scène internationale" (communiqué). 





- Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise : "L'Histoire de France tourne une page. Recevons la tristesse car elle a ses raisons. Il aimait la France mieux que d'autres depuis. Et pour cette part là, nous lui sommes reconnaissants." (Twitter)

- Anne Hidalgo, maire PS de Paris, salue un "homme d'État hors normes", assurant que "Paris est en deuil". "Pour nous les Parisiennes et les Parisiens, il sera à jamais notre maire, aimant passionnément sa ville et ses habitants". "Les drapeaux de tous les équipements municipaux seront mis en berne" (message transmis à l'AFP). 





Au sein de la majorité 


Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale (LREM) : "Jacques Chirac fait désormais partie de l'Histoire de France. Une France à son image : fougueuse, complexe, parfois traversée de contradictions, toujours animée d'une inlassable passion républicaine" (communiqué). 


Les autres représentants politiques 


- Nicolas Hulot, plume du discours de Jacques Chirac au sommet de la Terre en 2002 : "C'est avec une profonde tristesse que j'apprends le décès de Jacques Chirac. Notre rencontre fût déterminante dans mon parcours et le combat qui m'anime. Il avait en lui une véritable fibre humaniste qui a nourri une amitié précieuse et sincère. Mes pensées vont à sa famille." (Twitter) 

À l'étranger

- Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne est "touché et dévasté" par la mort de Jacques Chirac, "un grand homme d'État" et "un grand ami". "Son héritage pour la France et l'Union européenne restera à jamais". "Le président (de la Commission) n'a pas de mot pour exprimer son deuil" (Mina Andreeva, porte-parole en chef de la Commission). 

- Saad Hariri, Premier ministre libanais, ami proche : "Aujourd'hui, l'un des plus grands hommes de France nous a quittés (...) Les Libanais et les Arabes ressentent de la (douleur après la) perte d'un homme qui a profondément marqué leur conscience pendant de nombreuses années". L'ancien président français "s'est tenu aux côtés du peuple palestinien et de ses justes causes" et a soutenu "le Liban dans les circonstances les plus difficiles" en s'imposant "au premier rang dans la défense de sa liberté, son indépendance et sa souveraineté". Sur le plan personnel, la perte est aussi celle d'"un ami cher (...) d'un grand frère de la famille (...) ayant constitué le frère spirituel de Rafic Hariri" (communiqué). 

- Boris Johnson, Premier ministre britannique : "Jacques Chirac était un formidable dirigeant politique qui a dessiné le destin de sa nation (...) =1emSa perte sera ressentie dans toute la France, à travers les générations. (En français) "toutes mes condoléances à sa famille, à ses proches et au peuple français" (Twitter). 

- Angela Merkel, chancelière allemande : "Je suis très attristée par l'annonce de la mort de Jacques Chirac. Il était pour nous, Allemands, et pour moi personnellement un partenaire formidable et un ami" (Twitter). 




• LES PROCHES

- Line Renaud : "C'est un grand homme, c'était un très grand Français, c'est comme si je perdais un frère, c'était comme mon frangin. Je pense beaucoup à Claude (la fille de Jacques Chirac, ndlr) et à Bernadette" (sur BFMTV). 

• LE MONDE DE LA CULTURE

- Bernard Arnault, PDG du groupe LVMH et première fortune de France : Jacques Chirac A "beaucoup et passionnément œuvré pour Paris et pour la France", dont il incarnait "le grand prestige à l'étranger". L'ancien président de la République "a été, au-delà de son action à la tête de l'État, un homme de culture, d'échanges, de générosité et de paix" (déclaration transmise à l'AFP).




 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.