Décès de Gisèle Halimi : Emmanuel Macron salue une "républicaine passionnée", "grande combattante de l'émancipation des femmes"

Décès de Gisèle Halimi : Emmanuel Macron salue une "républicaine passionnée", "grande combattante de l'émancipation des femmes"
L'avocate Gisèle Halimi reçoit le grade d'officier de la Légion d'honneur, le 8 septembre 2006 à l'Elysée.

publié le mardi 28 juillet 2020 à 15h30

"Avocate infatigable des droits de femmes", "républicaine passionnée", "grande figure de l'Histoire"... Les hommages se multiplient pour saluer l'avocate Gisèle Halimi, défenseure passionnée des droits des femmes, qui s'est éteinte ce mardi 28 juillet, au lendemain de son 93e anniversaire.



"Pour Gisèle Halimi, le féminisme était un humanisme.

La France perd une républicaine passionnée qui, comme avocate, militante et élue, fut une grande combattante de l'émancipation des femmes", a salué le président Emmanuel Macron, lui rendant hommage sur Twitter.


La ministre de la culture Roselyne Bachelot a exprimé sur Twitter son "immense chagrin d'apprendre le décès de (s)on amie Gisèle Halimi". "Tant de combats nous ont réunis, tant de souvenirs en commun en particulier à l'Observatoire de la parité... Avocate infatigable des droits de femmes, magnifique écrivaine, militante déterminée", écrit-elle sur le réseau social, témoignant sa reconnaissance.

"Gisèle Halimi a inlassablement servi la cause des femmes donc celle de la République. Elle ajoutait le courage au talent, le génie du verbe à la science du droit, l'engagement pour la dignité des peuples à la bataille pour l'égalité. Elle restera pour toutes et tous un exemple", a salué de son côté l'ancien président de la République François Hollande.

La ministre déléguée chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno a rendu hommage à "une très grande féministe". "Rebelle infatigable, militante engagée, Gisèle Halimi s'est battue toute sa vie pour améliorer le sort des femmes. Nous savons ce que nous lui devons. L'héritage de ses combats nous oblige. Mes pensées émues à ses proches", écrit-elle.

La secrétaire d'Etat à l'Economie sociale, solidaire et responsable Olivia Grégoire a souligné de son côté "le courage, l'indépendance et l'éloquence" dont a fait preuve tout au long de sa vie Gisèle Halimi. "En se battant avec acharnement pour les droits des femmes, elle a largement dépassé son statut d'avocate pour s'imposer comme un modèle", estime-t-elle.

"Ecrivaine, avocate défenseure de femmes et d'hommes opprimé(e)s, députée, ambassadrice UNESCO, Gisèle Halimi s'est toujours battue contre la torture, pour l'IVG, l'égalité professionnelle, la parité... Saluons ses engagements et comme elle l'écrivit, ne nous résignons jamais !", souligne le président de l'Assemblée Richard Ferrand. 

"Chère Gisèle Halimi, chère Maître, j'aimais par-dessus tout le timbre et la musique de votre voix, je suis heureuse de vous avoir dit quelle force et quelle limpidité l'un et l'autre ajoutaient à vos passions. Je chéris encore nos conversations vives et vos mots résolus", écrit de son côté l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira. 

La maire de Paris Anne Hidalgo a fait part de sa "grande tristesse"."Une immense voix s'est éteinte. Combattante inlassable des droits des femmes, notamment avec le procès de Bobigny, dénonciatrice des tortures perpétrées pendant la colonisation. Nous n'oublierions jamais Gisèle Halimi", écrit-elle, adressant ses "pensées à sa famille et ses proches". 

Rachida Dati a de son côté rendu hommage à "celle pour qui l'injustice était "physiquement intolérable", qui n'avait pas peur de "troubler le monde", et qui avait la révolte et la soif d'indépendance chevillées au corps", une femme qui "reste un modèle pour les filles d'aujourd'hui et de demain", selon elle.

Les hommages se sont multipliés également de la part des avocats. Le barreau de Limoges explique sur Twitter que la disparition de Gisèle Halimi laisse tous les avocats "orphelins". "Elle avait ses deux qualités qui font des grands avocats : rage de défendre et insoumission à l'injustice. Quand l'exigence rejoint l'intelligence... Adieu donc à cette grand figure des prétoires et au final, de l'Histoire."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.