Décès d'Anne Sylvestre, chanteuse féministe et pour enfants

Chargement en cours
La chanteuse Anne Sylvestre à l'auditorium Saint-Germain, à Paris, en novembre 2003
La chanteuse Anne Sylvestre à l'auditorium Saint-Germain, à Paris, en novembre 2003
1/3
© AFP
A lire aussi

, publié le mardi 01 décembre 2020 à 18h54

La chanteuse Anne Sylvestre, aux œuvres féministes souvent restées dans l'ombre du succès de ses contes musicaux pour enfants, est décédée lundi à l'âge de 86 ans, "des suites d'un AVC", a indiqué mardi à l'AFP Sébastien d'Assigny, son attaché de presse historique.

Connue principalement pour ses "fabulettes" pour enfants -qui lui valent d'avoir laissé son nom à des écoles-, son répertoire est également riche de chansons plus engagées, comme "Non, tu n'as pas de nom" (1973), sur l'avortement, deux ans avant la loi Veil.

Elle avait une tournée prévue pour jouer son spectacle "Nouveaux manèges", notamment quatre dates à la Cigale en janvier 2021.

Pendant toute sa carrière, elle s'intéressa aux faits de société, et notamment à la condition des femmes, revendiquant le terme de chanteuse "féministe", qui fut parfois lourd à porter: "Je suppose que ça m'a freinée dans ma carrière parce que j'étais l'emmerdeuse de service, mais ma foi, si c'était le prix à payer..."

Elle a aussi défendu la cause du mariage homosexuel dans "Gay, marions-nous!" en 2007. 

Jamais tout en haut de l'affiche mais toujours bien présente dans le paysage musical français depuis la fin des années 1950, Anne Sylvestre, incarnait une chanson à texte, intelligente, faisant fi des modes, dans le sillage d'un Guy Béart ou d'un Georges Brassens.

"C'est un pilier qui s'écroule, pas seulement pour la musique pour enfants, mais pour la chanson française", s'est ému auprès de l'AFP Aldebert, star actuelle de la chanson pour enfants. 

L'auteur-compositeur-interprète Vincent Delerm a lui posté sur Instagram: "Quand il y a tant de choses à dire, il vaut mieux simplement dire merci. Merci Anne, pour tout. Nous t'aimions tant".

Les personnalités politiques aussi ont tenu à rendre hommage à la chanteuse dont ils ont souligné l'engagement féministe et l'écho qu'elle a eue dans des générations d'enfants.

"La poésie d'Anne Sylvestre était un privilège d'enfance", a ainsi déclaré le président du MoDem François Bayrou. 

"Une voix qui a résonné dans tant d'enfances", a rappelé la députée et journaliste Clémentine Autain, tandis que l'adjoint à la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire, évoquait Anne Sylvestre et ses "cassettes écoutées en boucle dans les longs trajets en voiture en chantant à tue tête".

"+Une femme qui a atteint la sérénité est une femme qui a abandonné le combat+", disait Anne Sylvestre. Pour sûr, elle ne l'avait jamais abandonné. Tristesse", a abondé Ian Brossat, porte-parole du Parti communiste français. 

Le compositeur-interprète Gauvin Sers a confié sa "tristesse infinie" sur Facebook. "J'avais une admiration sans borne pour sa passion intacte, pour sa manière de manier les mots, pour ses engagements précurseurs, pour sa façon d'encourager la jeune génération", écrit-il.

Anne-Marie Beugras, née à Lyon le 20 juin 1934, a débuté dans un cabaret de la rive gauche à Paris. Sous le pseudonyme d'Anne Sylvestre, elle devint l'une des premières femmes à écrire et composer ses chansons, aux côtés de Nicole Louvier ou d'Hélène Martin. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.