Débits frauduleux : le nombre de victimes a doublé en six ans

Débits frauduleux : le nombre de victimes a doublé en six ans
Près des deux tiers des victimes ignoraient totalement le mode opératoire employé.

Orange avec AFP, publié le mercredi 16 mai 2018 à 09h20

Le nombre de ménages victimes de débits frauduleux sur leur compte bancaire "a plus que doublé en l'espace de six ans". Dans 64% des cas, le préjudice était égal ou inférieur à 300 euros.

Plus de 1,2 million de ménages se sont déclarés victimes d'au moins une escroquerie bancaire en 2016 (contre 500.000 ménages), révèle ce mercredi 16 mai l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Près de 16.000 ménages représentatifs de la population françaises ont été interrogés dans le cadre de cette étude intitulée "Cadre de vie et sécurité".

64% ignorent le mode opératoire

64% d'entre eux ont déclaré "un préjudice d'un montant inférieur ou égal à 300 euros" tandis que "les escroqueries supérieures à 1.000 euros représentent un part bien moins importante (13% des ménages)". 70% des sondés affirment s'être rendus compte de la fraude en consultant leur relevé bancaire. Le nombre de ménages alertés par leurs banques diminue ces dernières années, précise l'ONDRP (29% en 2014 contre 22% en 2016).

Près des deux tiers des ménages (64%) interrogés ignoraient d'ailleurs le mode opératoire employé pour obtenir leurs coordonnées bancaires. Pour plus d'un ménage sur deux, l'achat a été effectué en ligne (58% en 2016 contre 51% en 2014) tandis que 10% ont eu lieu dans un commerce traditionnel. À noter que la part des achats effectués à partir d'un site étranger augmente, passant de 16 % en 2014 à 21 % en 2015 pour atteindre 24 % en 2016.



Enfin, "les escroqueries consécutives à un retrait effectué à partir d'un distributeur piraté sont, en proportion, de moins en moins nombreuses. Elles représentaient 13 % des escroqueries déclarées en 2014, un peu moins de 9 % en 2015. Elles ne concernent, en 2016, plus que 7 % des ménages victimes", ajoute l'ONDRP.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.