Débat sur la propreté à Paris : la Ville dénonce "une campagne de dénigrement"

Débat sur la propreté à Paris : la Ville dénonce "une campagne de dénigrement"©Thomas SAMSON / AFP

publié le lundi 05 avril 2021 à 17h55

Sur les réseaux sociaux, la Ville de Paris a précisé que "2.500 agents interviennent tous les jours" et "dans tout Paris", mais que les effectifs étaient "actuellement réduits de 10% en raison de la propagation du Covid-19"

Des photos et un mot-dièse, #saccageparis. Depuis quelques jours, le débat sur la propreté de Paris a été relancé sur les réseaux sociaux, faisant réagir la droite ainsi que la Ville.


Des clichés montrant des graffitis sur les murs, déchets dans la rue, bouteilles ou détritus flottant sur les canaux... de nombreux internautes ont dénoncé un "abandon", un "saccage", ayant selon eux transformé Paris en "dépotoir" ou en "ville-poubelle" aux allures de "favella".

D'autres ont également mis en cause la gestion de la maire PS Anne Hidalgo, éventuelle candidate de la gauche pour la présidentielle en 2022.

"Paris est confrontée à des incivilités"

Face à ce mot-dièse devenu viral, la Ville de Paris a dénoncé "une campagne de dénigrement", affirmant sur son compte Twitter que "comme toutes les villes de France, Paris est confrontée à des incivilités et à des problèmes de régulation de l'espace public" et que "certaines photos postées sont anciennes ou prises avant le passage des équipes de la propreté".


La Ville a précisé que "2.500 agents interviennent tous les jours" et "dans tout Paris", mais que les effectifs étaient "actuellement réduits de 10% en raison de la propagation du Covid-19", ce qui "peut entraîner des retards de traitement".

De leur côté, les élus de droite ont demandé dans un communiqué l'organisation au Conseil de Paris "d'une séance exceptionnelle consacrée à la propreté, à la salubrité de l'espace public".

"Le groupe Changer Paris réclame l'organisation d'une séance exceptionnelle consacrée à la propreté, à la salubrité de l'espace public, précédée d'une réunion de chaque Conseil d'arrondissement sur cette thématique. Il faut un Plan Marshall de la propreté et de la sécurité à Paris", peut-on lire dans un message publié sur Twitter, retweeté par Rachida Dati.


"Nous ne pouvons rester sourds à l'appel spontané des Parisiennes et des Parisiens", a renchéri la présidente de la fédération LR de Paris Agnès Evren.

Une "souffrance nationale"

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a elle aussi réagi, estimant dans un tweet que "la dégradation de notre si belle capitale par l'équipe Hidalgo est une souffrance nationale qui ne doit laisser aucun Français indifférent".

Le compte anonyme PanamePropre, qui revendique la paternité du mot-dièse #saccageparis, a affirmé qu'il ne pensait "pas que cela prendrait cette ampleur". Mais "le désastre actuel ne pouvait rester sans réaction massive", selon lui.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.