Dans les manifs, les fonctionnaires racontent leur quotidien

Dans les manifs, les fonctionnaires racontent leur quotidien

Manifestation contre la politique du gouvernement lors de la journée nationale dans les rues de Toulouse, le 22 mars 2018

AFP, publié le jeudi 22 mars 2018 à 17h44

Manque de personnels, conditions de travail dégradées, salaires... Dans les cortèges partout en France, les fonctionnaires et agents des services publics racontent leurs problèmes au quotidien et l'attachement à leurs missions.

"Je dois apporter mon râteau"

"Je manifeste pour les salaires, les retraites et les conditions de travail", explique Lionel, chargé de l'entretien des espaces extérieurs à l'hôpital de La Conception à Marseille. "Je travaille avec rien. Je dois apporter mon râteau, mes gants, car on n'a pas de matériel, on nous dit qu'il n'y a plus d'argent", raconte cet agent, autocollant CGT collé sur sa veste. Il gagne 1.420 euros par mois, primes comprises, après 25 ans d'ancienneté. "Quand je reviens de congé, on me dit que c'est sale, mais il n'y a personne qui m'a remplacé".

"On n'est pas des nantis"

"Le ras-le-bol est général", regrette Alain Gate, 66 ans, instituteur à la retraite qui manifeste à Clermont-Ferrand. "Toute notre vie, avec mon épouse également institutrice à la retraite, on l'a donnée à l'école, à nos classes, à la ville comme à la campagne. Mais ils n'en ont rien à faire, les petits, les classes moyennes, on ne compte pas. On ne se plaint pas mais on n'est pas des nantis. Avec la hausse de la CSG, on a perdu 1.200 euros par an".

"On perd la foi"

Pour Valérie, 51 ans, aide-soignante depuis 15 ans, qui travaille en gériatrie à l'hôpital Beaujon de Clichy (AP-HP), "on enlève du personnel tout le temps, les départs à la retraite ne sont pas remplacés et on nous demande d'en faire toujours plus, sans moyens. On a un métier de soins et on traite les gens comme à l'armée". S'y ajoutent "les vacances qu'on ne peut pas prendre quand on veut" en raison des manques d'effectifs, "les demandes de formation toujours refusées" faute de budget. "On perd la foi" dans notre métier, "tout ça pour 1.500 euros" par mois.  "Aux jeunes, c'est pas un métier que je conseillerais, hélas".

"Personne ne voulait être fonctionnaire"

Albert, 67 ans, retraité de la fonction publique territoriale, défile à Marseille. "Personne ne voulait être fonctionnaire tellement les salaires étaient bas, alors qu'on arrête de nous parler de privilèges", dit-il. Après "48 ans de travail", il touche "1.800 euros de retraite. Je l'ai pas volée". A ses côtés, sa femme Gisèle fustige la "privatisation menée" par le gouvernement qui "monte les gens les uns contre les autres: le privé contre le public".

"Tendance à la précarisation"

Caroline Audric, 39 ans, assistante sociale depuis 15 ans à la Caisse d'allocations familiales de Grenoble et responsable CGT, estime que "la grosse tendance est à la précarisation de la population et à la complexification des situations. La numérisation, c'est bien pour un pan de la population qui manie bien internet, les smartphones, mais des tas de gens n'ont pas cette facilité. On attend de l'allocataire qu'il co-produise son dossier, mais c'est la porte ouverte aux erreurs et à des situations inextricables, avec des risques d'avoir à rendre l'argent". 

Des filières "élitistes"

"Nous craignons vraiment une désorganisation profonde" de l'enseignement supérieur, explique Anne Perrut, maître de conférence en mathématiques à l'université Claude Bernard à Lyon. Elle anticipe des "modifications sur le long terme" qui vont bouleverser "les systèmes de sélection à l'université avec des filières très élitistes et très bien financées". Elle défile aussi "pour défendre les emplois de titulaires de la fonction publique pour l'enseignement et la recherche".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
22 commentaires - Dans les manifs, les fonctionnaires racontent leur quotidien
  • Puisque c'est si difficile, il y a du travail dans le Privé...

    ça sent la jalousie à plein nez !!!! chez moi,1 enfant dans le privé et 1 autre dans le public, tous les 2 = bac + 5,
    Le salaire de celui du privé est le double du celui du public .... alors avant de critiquer et d'envier...... !!!!

    Alors, transmettez mon commentaire à celui de vos deux enfants qui est dans le Public...

  • la premiere grande reforme reussie de macron reussie ces la baisse des retraites et augmentation des carburants

  • a alain gate instit retraite mensuelle de mr et mme 3.300, euros mois, de quoi vous plaigniez vous

  • Je l'ai été pendant 40 ans et je crois avoir fait mon boulot peut-être moins payé que dans le privé mais avec un emploi sûr.Je ne me plains pas, au contraire !

  • bonjour
    Vous avez raison vous n êtes pas des nantis. Les nantis se sont les employés du privé qui travaillent 35,40, 45heures par semaine, se sont les marins pêcheurs qui partent 3 semaines en mer laissant femme et enfants seuls et pour un salaire de misère au vue de leurs heures et conditions de travail, se sont les agriculteurs qui se l'évent à 5h du matin pour finir à 22h pour un salaire ridicule, se sont les routiers qui alignent les heures et les kms loin de leur famille. ...se sont les artisans qui doivent faire face à difficultés quotidiennes ...je pourrais passer en revue plein d autres nantis......on parle des retraites de tous ces nantis ? ...
    Alors s il vous plaît, ouvrez les yeux et remettez vous en cause, osez,allez travailler dans le privé.