Crues dans les Alpes-maritimes : 150 corps du cimetière de Tende emportés par les flots

Crues dans les Alpes-maritimes : 150 corps du cimetière de Tende emportés par les flots
Le cimetière de Tende, le 6 octobre 2020.

, publié le mardi 06 octobre 2020 à 18h11

Des corps ont été retrouvés par des habitants jusque dans leurs jardins, parfois à 20 km du cimetière.

Les corps d'environ 150 défunts enterrés dans le cimetière de Saint-Dalmas à Tende, dans l'arrière-pays niçois, ont été emportés par les flots vendredi soir lors des terribles crues qui ont frappé les Alpes-maritimes, a déclaré le maire du village. Les dépouilles sont peu à peu retrouvées et réunies dans une salle municipales.

"Les trois-quarts du cimetière ont disparu, soit environ 150 corps", a précisé Jean-Pierre Vassallo, le maire de cette commune de la vallée de la Roya : "Ils sont partis sur 20 km et ont terminé un peu partout, parfois dans des jardins. Ce sont les habitants qui nous préviennent, pour que les marins-pompiers de Marseille sur place viennent les récupérer". Ces corps sont peu à peu rassemblés dans une salle sur la commune, a expliqué Jean-Pierre Vassallo, sans pouvoir préciser combien de corps ont déjà été retrouvés.



"Le cimetière de Tende a été submergé et raviné" par les pluies torrentielles de vendredi, a confirmé Jean-Claude Guibal, maire de Menton et président de la communauté d'agglomération de la Riviera française, en expliquant que certains riverains ont vu passer des cadavres dans la Roya, dont certains qu'ils ont reconnus. "Cela pose un problème sanitaire de préservation, de conservation dans la dignité de ces corps inhumés, (car) il n'y a pas de chambre froide" disponible dans cette commune toujours privée d'électricité, a insisté l'élu.

"Une grosse partie du cimetière de Saint-Dalmas est détruite, avec des tombes qui sont parties", a témoigné Bruno Vialattre, un médecin retraité qui tient une consultation dans un hôtel du village, Le Prieuré, et a participé à l'évacuation des blessés et touristes depuis vendredi: "Je n'ai pas vu de cadavres mais j'ai vu qu'il manquait une partie du cimetière". Un autre cimetière a été ravagé par les crues à Saint-Martin-Vésubie, village de 1.400 habitants dans la vallée de la Vésubie: "Des pompiers sont chargés de récupérer les cercueils qui flottent dans l'eau", a témoigné le maire de la commune, Ivan Mottet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.