Crise sanitaire : les Français à nouveau très inquiets

Crise sanitaire : les Français à nouveau très inquiets
Emmanuel Macron durant son intervention télévisée le 14 juin.

, publié le jeudi 18 juin 2020 à 18h00

L'intervention d'Emmanuel Macron dimanche dernier ne les a pas rassurés. Propagation de l'épidémie, menace d'une deuxième vague ou situation économique : les Français sont pessimistes, selon la dernière vague du baromètre BVA pour Orange et Europe 1, jeudi 18 juin. 

Quelques jours après l'allocution télévisée du président de la République et l'annonce d'une accélération du déconfinement, de nombreux indicateurs se dégradent.

Élément le plus frappant, la proportion de Français qui estiment que, dans cette crise, "le pire est derrière nous" chute brutalement, après plusieurs semaines consécutives de hausse, dans la foulée du déconfinement le 11 mai. Cette semaine, seuls 22% des Français partagent ce sentiment, c'est 10 points de moins que la semaine dernière.




Parallèlement, la peur d'attraper le coronavirus se stabilise après avoir reflué de plus de 10 points en un mois. Enfin, la proportion de Français anticipant une 2e vague d'épidémie, qui conduira à un nouveau confinement, enregistre une hausse significative après avoir elle aussi connu une baisse progressive et nette (61% , +7 points).




Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces résultats : l'intervention présidentielle qui n'a pas convaincu, les nouvelles en provenance de Pékin ou la prise de conscience aigüe d'une crise économique inédite. 

De ce point de vue, 8 Français sur 10 se déclarent toujours inquiets en ce qui concerne la situation économique de la France (79%). Près des trois quarts des sondés (72%) anticipent toujours une crise économique durable, dont les effets se feront ressentir au-delà de 2020.




Dans le détail, c'est désormais le niveau de chômage en France qui inquiète le plus : 85% des Français se déclarent inquiets, dont 46% "très inquiets", alors que les annonces de secteurs ou entreprises en difficulté se multiplient.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.