Crise sanitaire : faut-il s'attendre à une flambée des taxes foncières ?

Crise sanitaire : faut-il s'attendre à une flambée des taxes foncières ? ©Panoramic

publié le samedi 24 avril 2021 à 11h40

La gestion de la pandémie coûte cher aux communes. Pour équilibrer les comptes, certains maires ont ainsi décidé d'augmenter la taxe foncière.

Le scénario pourrait s'étendre à d'autres villes.

La petite commune de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, fait ces derniers jours inhabituellement parler d'elle. Les quelques 10 000 habitants de la ville sont en colère, et pour cause : le maire a annoncé une augmentation de la taxe foncière de 73% pour la partie communale, avant de rétropédaler et de la fixer à 40%. En cause, les dépenses liées à l'épidémie de coronavirus, qui ont contraint la municipalité à augmenter les impôts pour la première fois depuis 15 ans, rapporte Franceinfo le 23 avril. Ouistreham et Le Mans également Le cas de Dammartin-en-Goële n'est pas isolé. À Ouistreham, dans le Calvados, les tensions entre le maire et les habitants se cristallisent autour d'une hausse spectaculaire de la taxe foncière sur le bâti : 70 % de la part communale, soit "une augmentation de 420 euros en moyenne par habitant", avec des cas d'augmentation "jusqu'à 1100 euros", rapporte à France 3 Normandie Raphaël Chauvois, porte-parole du groupe d'opposition Rassembler Ouistreham.



En cause, la fermeture du casino de la ville côtière normande en raison des restrictions sanitaires, fermeture qui selon les estimations de la Ville engendrerait une perte d'un million d'euros de recettes, qui ne peut être, fermeture des bars et restaurants oblige, compensée par les droits de terrasses. Même son de cloche au Mans, dans la Sarthe, où la pandémie a durement frappé les finances : 2,8 millions de pertes selon France Bleu, liées aux travaux de nettoyage et à la fermeture des infrastructures municipales, entre autres. Le maire, Stéphane Le Foll, a fait voter le 15 avril une petite hausse de 1% du taux d'imposition sur le foncier bâti, non bâti et la cotisation des entreprises. Équilibrer les comptes Le scénario peut-il s'étendre à d'autres communes de l'Hexagone ? C'est fort possible.

Une hausse d'impôt probable

Selon l'Association des maires de France, les pertes liées au Covid-19 pourraient atteindre 8 milliards d'euros dans les communes, à la fin de l'année 2021. La hausse des impôts est donc "probable", estime Mathieu Plane, économiste à l'OFCE, dans Le Parisien. Et de poursuivre : "Même si les choix seront hétérogènes en fonction des collectivités, il est certain que certains élus choisiront d'augmenter le taux de la taxe foncière - la principale recette fiscale des collectivités locales actuellement - pour équilibrer les comptes". Parmi les hausses également envisagées, l'économiste évoque "la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) ou la taxe d'enlèvement sur les ordures ménagères (TEOM)".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.