Crise du Covid-19 : l'état de santé des chômeurs s'est plus dégradé que les autres

Crise du Covid-19 : l'état de santé des chômeurs s'est plus dégradé que les autres
(Photo d'illustration)

publié le vendredi 09 avril 2021 à 12h06

SONDAGE. Selon le baromètre 2021 de l'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) 19% des demandeurs d'emploi diraient que leur état de santé s'est, en général, dégradé depuis le début de la crise Covid, contre 13% des personnes en emploi. 

La crise du Covid-19 a décidément bien exacerbé les inégalités déjà existantes.

Selon le baromètre 2021 de l'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC)*, la santé des chômeurs s'est davantage dégradée pendant cette période que celle des personnes en emploi.



Selon ce sondage publié mercredi 7 avril, 19% des demandeurs d'emploi diraient que leur état de santé s'est, en général, dégradé depuis le début de la crise Covid, contre 13% des personnes en emploi. Parmi ces personnes, 46% disent avoir rencontré des problèmes tels que dépression et impacts psychiques.

Au total, 31% des demandeurs d'emploi déclaraient avoir des problèmes de santé avant le début de la crise Covid, contre 17% des personnes en emploi.

Le sondage révèle aussi que 62% des Français en activité ont déjà connu l'expérience du chômage. Pour 38% d'entre eux, cela remonte à moins de 3 ans, pour 30% entre 3 et 10 ans et pour 32% à plus de dix ans.

Interrogés sur la réforme de l'assurance-chômage, les sondés se disent favorables à l'instauration d'un bonus-malus pour les employeurs afin de les inciter à user moins souvent des contrats courts (67% sur l'ensemble, 60% parmi les personnes en recherche d'emploi, 66% parmi celles qui sont en contrats à durée déterminée ou en intérim).

De même, 57% des personnes interrogées sont favorables à la dégressivité de l'allocation chômage pour les personnes de moins de 57 ans ayant eu un salaire supérieur à 4.500 euros brut par mois. Ce taux est de 53% parmi les personnes en CDD, en intérim ou en recherche d'emploi.

En revanche, 55% des personnes interrogées sont défavorables à une modification de la durée minimale d'affiliation. Le taux monte à 63% parmi les personnes en recherche d'emploi. 

* Cette étude a été réalisée en février 2021 par OpinionWay auprès d'un échantillon de 3.047 personnes représentatif de la population des 18 ans et plus, hors retraités et inactifs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.