Crédit à la consommation : l'UFC-Que Choisir dénonce sa "distribution irresponsable" par les banques

Crédit à la consommation : l'UFC-Que Choisir dénonce sa "distribution irresponsable" par les banques©JOEL SAGET / AFP

, publié le mercredi 16 décembre 2020 à 10h50

Alors que les défauts de paiement pourraient augmenter de 40% en 2021, l'association de consommateurs appelle l'Europe à contraindre les banques à proposer des mesures de restructuration dès le deuxième incident de remboursement. 

"Bien conscients que les difficultés budgétaires n'atténuent pas les tentations, les établissements de crédit semblent bien décidés à tirer profit de la crise. Leurs vannes sont si grandes ouvertes que le débit du crédit conso a battu un record vieux de la dernière crise en 2012 (3 milliards d'euros sur le seul mois de juin). Pire, ils rivalisent de publicités 'pousse-au-crime'", dénonce l'association de consommateurs UFC-Que Choisir mercredi 16 décembre, en rendant publique une étude qui "lève le voile sur la distribution irresponsable du crédit conso". 



Alors que les défauts de paiement pourraient, selon les estimations de l'association, "dépasser les 12 milliards d'euros (+40%) en 2021", l'UFC-Que Choisir appelle l'Union européenne à "contraindre les banques à proposer une mesure de restructuration dès le deuxième incident de remboursement et, en tout état de cause, avant la cession éventuelle d'un crédit douteux". Pour l'association, "les établissements de crédit ont une responsabilité majeure dans la gestion de ces impayés, afin d'éviter que les emprunteurs ne basculent dans le surendettement".


En outre, les banques "doivent d'urgence proposer des solutions pérennes" aux emprunteurs car "les moratoires accordés au printemps sont, pour les deux-tiers, arrivés à échéance en novembre", explique encore l'association, qui redoute la nature du plan d'action que doit présenter la Commission européenne "pour purger les bilans des banques de leurs crédits 'pourris'". 

"Loin de chercher à remédier aux pratiques de distribution trop risquées ainsi qu'à la mauvaise gestion bancaire des difficultés de remboursement de leurs clients, il entend faciliter leur revente à des sociétés de recouvrement !", dénonce l'UFC-Que Choisir, dont les associations locales "témoignent déjà d'une explosion des plaintes en raison du manque de garde-fous aux pratiques agressives des sociétés de recouvrement".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.