France

Crèches privées : un livre-enquête dénonce les "usines" à bébé

Le livre "Le Prix du berceau", à paraître vendredi 8 septembre, dénonce les pratiques de certaines crèches privées à l’encontre des enfants pour améliorer leur rentabilité.

Dans leur livre "Le Prix du berceau", Daphné Gastaldi et Mathieu Périsse révèlent les pratiques désastreuses de certaines crèches privées. "On est dans un système qui, par des injonctions à la rentabilité" transforme les enfants "en chiffres là où on était initialement sur un service à la personne" alertent les journalistes auprès de BFMTV.

"Le Prix du berceau, ce que la privatisation des crèches fait aux enfants", est à paraître vendredi 8 septembre. Il dénonce les pratiques de certaines crèches, qui fonctionnent comme des "usines" selon l’enquête. Les repas sont rationnés, les soins chronométrés, et les crèches surchargées.

Un système de prime au rationnement de repas

Interrogé sur ce livre-enquête, Mathieu Périsse cite par exemple sur BFMTV le groupe Les Petits chaperons rouges, qui a un établissement à Vitrolles. Il explique que certains parents se sont aperçus que leur enfant ne mangeait pas à sa faim. Finalement, "la crèche admet (…) avoir commandé moins de repas que d’enfants" auprès des parents, poursuit Mathieu Périsse, ce qui signifie que les rations de repas sont volontairement coupées.

Neuf plaintes de parents ont été déposées et la direction des Petits chaperons rouges se défend en affirmant qu’il s’agit d’un cas isolé. Le journaliste précise qu’il n’y a "pas de consignes directes" et formelles de la direction concernant des mesures de rationnement. Mais il affirme avoir retrouvé la trace d’un système de primes ajusté sur un nombre de repas à commander.

Ce livre choc paraît cinq mois après la publication d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) sur la prévention de la maltraitance dans les crèches. Il pointe notamment des dysfonctionnements liés au manque de personnel.

publié le 6 septembre à 10h23, Caroline Celle, 6Medias

Liens commerciaux