Covid-19 : victimes de menaces et harcèlement, des médecins en appellent à l'Etat

Covid-19 : victimes de menaces et harcèlement, des médecins en appellent à l'Etat
Une pancarte brandie par un opposant à la vaccination à Paris, le 4 septembre 2021.

publié le samedi 18 septembre 2021 à 16h40

Dans une tribune, ils demandent à ce que l'Etat mette, pour ceux qui le souhaitent, une protection en place.

Agression verbales, lettres anonymes, harcèlement en ligne, c'est l'autre combat des médecins en ces temps de Covid-19. "Une autre épidémie", déplorent les médecins dans une tribune publiée samedi 18 septembre par Le Parisien. La cause de l'agressivité à laquelle ils sont confrontés ? "La désinformation" qui "entraîne la défiance envers la science et ses porteurs, et qui s'accompagne d'un déversement de haine incessant."


Les signataires dénoncent les attaques dont ils sont victimes : "flots d'insultes, les tentatives d'intimidation, les menaces souvent extrêmes et explicites, les violations de vie privée". Leur tort ? Remettre en cause les travaux sur l'hydroxychloroquine, s'inquiéter publiquement de la saturation des hôpitaux, et conseiller le gouvernement sur la politique sanitaire à conduire.

Ce qui a motivé cette tribune, c'est la récente mise en ligne d'une "liste nominative de personnes appelées à être jugées et condamnées à la décapitation", dans laquelle de nombreux médecins étaient cités. "Ainsi, nous sommes des cibles désignées, avec ce que cela implique de préjudice moral et de mise en danger au quotidien", s'alarment les signataires. 

Craignant un passage à l'acte de la part d'un déséquilibré ou d'une personne radicalisée, ils en appellent à l'Etat pour mettre en place "tous dispositifs nécessaires" pour assurer leur protection : "mise à disposition d'un garde du corps ou d'une protection policière pour ceux qui le demandent parmi les soignants et scientifiques qui le demandent."

Des actions judiciaires individuelles ont également été menées via un collectif #Stopmenaces à l'issue de la parution d'un article de France Soir, gros vecteur des théories complotistes.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.