Covid-19 : vers une vaccination obligatoire des soignants ?

Covid-19 : vers une vaccination obligatoire des soignants ?

, publié le mercredi 03 mars 2021 à 12h42

Les premiers chiffres montrent une faible vaccination des soignants, notamment en Ehpad ou dans les établissements de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assuré mercredi que la question d'une vaccination obligatoire des personnels de santé, que réclament certains médecins, était "au cœur des travaux et des réflexions". 

Toujours dans l'objectif d'éviter un reconfinement national, le gouvernement a étendu cette semaine la vaccination contre le Covid-19.

Jusqu'ici réservé aux professionnels de santé et aux 2 millions de personnes de 50 à 64 ans atteintes de comorbidités, le vaccin AstraZeneca va désormais être proposé aux 65-75 ans présentant ces mêmes pathologies, soit deux millions et demi de personnes supplémentaires. Encore faudrait-il qu'ils en profitent, contrairement aux soignants, ainsi que le dénoncent certains médecins. 



Contacté le 28 février par Le Figaro, Santé publique France n'était pas en mesure de donner de chiffres précis, mais assure qu'une enquête est en cours. Car certains chiffres alertent : seulement 25% des 600.000 premières doses du vaccin AstraZeneca ont été utilisées en un mois en Ehpad. Un peu plus d'un tiers (37%) des professionnels de santé seulement sont vaccinés et en Île-de-France, seuls 34% des médecins de l'AP-HP et "entre 16 et 17% des autres personnels (paramédical, techniques, administratifs, etc.)" avaient reçu au moins une dose fin février. 

"C'est très insuffisant, il faut vraiment rectifier le tir par la pédagogie", souligne dans les colonnes du Figaro Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Tenon, à Paris.

"Ouvrir le débat" de la vaccination obligatoire

Mardi, Jean-Michel Molina, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Saint-Louis à Paris, a interpellé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, venu visiter l'établissement, sur les "réticences d'un certain nombre de soignants" à se faire vacciner contre le Covid-19. Comme plusieurs confrères, il plaide pour rendre la vaccination obligatoire pour les soignants. Selon lui, cela permettrait "d'éviter les cas de transmissions des soignants aux patients et inversement". D'autant que le Covid-19 est devenu la première maladie nosocomiale de France, avec 44.401 cas en un an, dont 17.552 professionnels de santé.

Un avis partagé par Gilles Pialoux. "Il faut ouvrir le débat maintenant. Ce n'est pas la première vaccination qui serait obligatoire pour les soignants, ils sont obligés d'être vaccinés contre la DT Polio, contre l'hépatite B, avec le vaccin BCG. C'est un débat et j'y serais favorable", a-t-il affirmé lundi sur franceinfo. 

Dans une lettre adressée à une centaine de collègues, le professeur François Chast, chef du service de pharmacie clinique de l'hôpital Necker à Paris, exhorte les soignants à se faire vacciner. "A l'heure du vaccin (enfin) accessible à tous les hospitaliers, la Covid nosocomiale est un vrai scandale. Il est en notre pouvoir de rendre ce vaccin obligatoire", insiste-t-il. 

Néanmoins, tout le monde n'est pas favorable à la vaccination obligatoire des soignants. "A titre individuel, je serais pour qu'on vaccine tous les soignants, mais cela me semble inenvisageable pour le moment", estime ainsi auprès du Figaro Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches et référent vaccination de l'établissement. "Nous ne pourrions pas nous permettre aujourd'hui de perdre les 20% d'irréductibles qui seraient prêts à quitter l'hôpital", assure-t-il. 

"Mais la question devra se poser, et en population générale aussi, si nous ne parvenons pas à vacciner suffisamment de gens pour nous protéger collectivement", ajoute le médecin. Gabriel Attal a de son côté assuré au Pr Jean-Michel Molina que ces questions étaient "au cœur des travaux et des réflexions" du gouvernement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.